Le Conseil Impérial

Forum des joueurs de l'Empire à Warhammer Battle, 9e Âge, Age of Sigmar et même Kings of War !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Mer 28 Juin 2006 - 0:20

Voilà, postez et discutez de vos récits ici !

Je commence !

Récit d'Anton Ludenhof

Courir. Oui, courir et prevenir...
Le Sergent Hans Fretz ne pensait qu'à ça alors qu'il courrait à travers la brume, entre les sombres arbres d'une forêt inquietante.
Courir et prevenir le Comte...
Il avait été envoyé par le Comte Peter von Stople, le souverain de Leichberg, le dernier rempart du Stirland avant la terre maudite de Sylvanie.
Soudain, il entendit un hurlement de loup. Il fallait accelerer, malgré ses poumons en feux.
Hans avait réussi à s'infiltrer dans l'un des châteaux en ruines qui résident encore en ces lieux abandonnés de la Lumière de Sigmar. Le Sergent avait découvert les plans du Maître des lieux... Ce Vampire s'appretait à lever une grande armée de morts-vivants ! Il ne faisait nul doute que sa terre natale, le Stirland, courrait un grand danger.
La bête accelera, ou plutôt les bêtes. Hans ne savait pas, il était trop terrorisé pour se retourner.
Le Stirland, non, l'Empire tout entier, dépendait de cette course. S'il réussissait à atteindre Leicheberg, les forces du Grand Comté seraient averties, et pourraient contrer la menace...
Le Sergent sortit des bois, et put découvrir que trois énormes loups étaient à ses trousses. Il ne pouvait pas aller plus vite, les ignobles créatures allaient le rattraper...
C'est alors qu'il vit une lanterne, la seule lumière, exceptée celle de Manslieb, éclairant les environs. Hans courra vers elle, il pouvait déjà sentir l'haleine des créatures.
-Apportez cela au Comte ! Au Comte de...
Il ne put jamais terminer cette phrase, les trois loups funestes s'étaient aggripper au cou de leur proie. L'homme à la lanterne resta pétrifié d'effroi en voyant ces monstres. Pourtant, elles ne semblèrent pas le remarquer et s'acharnèrent à achever le Sergent. Le paysan envoya son chien contre les loups, et s'enfuit en direction de Leicheberg aussi vite que ses jambes le purent.


Le Commandant Suprême des Forces du Stirland arriva devant le Palais du Graf Albérich Haupt-Anderssen. Le Comte Electeur du Stirland avait organisé un bal en l'honneur de la victoire de ses armées sur les Hommes-Bêtes. Anton Ludenhof, le principal responsable de cette glorieuse battue, avait bien evidemment été invité.
Anton sortit de son carosse et commença à monter les marches de l'imposant bâtiment. Il portait son armure légére, ainsi que son épée, celle-ci rangée dans son fourreau sur la hanche gauche de son propriétaire. L'histoire lui avait montré que même durant les plus somptueuses cérémonies, il se devait de rester vigilant. L'uniforme d'Anton comportait deux couleurs : le vert et le jaune, et on pouvait y admirer les dizaines de medailles qui pendaient sur sa poitrine, signe de sa bravoure et de sa stratégie militaire. Arrivé à l'entrée du Palais, il salua l'un des gardes :
-Caporal, comment sont les environs ? ordonna Anton.
L'homme se mit au garde à vous et répondit :
-Nos hommes parcourent le périmètre comme prévu, Commandant Suprême ! Rien de suspect n'a été vu !
-Fort bien, restez toutefois sur vos gardes...
-A vos ordres !
-Tâchez de ne pas attrapper froid avec ce maudit hiver..., dit Anton en ouvrant la gigantesque porte.

Le Commandant Suprême fut étonné des milles lumières et des beautés qu'il rencontra dans le séjour. Un serviteur vint lui prendre son manteau et l'amena dans la salle du bal.

Nombres de danseurs et de danseuses étaient sous les yeux d'Anton. Sur l'aile droite de la pièce, se trouvait une vingtaine de musiciens qui jouaient et qui ne relevaient jamais la tête de leurs partitions. Sur l'aile gauche, le Ludenhof vit une table, qui par ailleurs était extremement garnie, où le Graf présidait.
Anton descendit l'escalier et se dirigea vers la gauche. Il put reconnaître le Capitaine Wilfied Klieger, chef de la garde personnelle du Comte Electeur, le Comte Martin Von Anderssen, souverain d'Anderssenstadt, ainsi que le chef de sa garde, le Lieutenant Lothard Grünider, ainsi que que Rudolph Volzinger, le maire de Kemperbad, accompagné lui aussi du dirigeant de sa garde personnelle, le Commandant Karl Von Heutrass. A la grande surprise d'Anton, Le Comte Rudolph von Wissen, le souverain de Sylvanie était lui aussi présent. Le Commandant Suprême vit bien d'autres personnes à la table du Graf, mais il ne les connaissait pas toutes.
-Ah, Ludenhof enfin ! dit le Comte Electeur.
-Mes respects, Excellence. Pardonnez moi de ce retard, je suis confus, répondit Anton embarassé.
-Voyons, ce n'est rien ! Il faudra un jour m'expliquer pourquoi avez vous choisi de vivre à l'extérieur de Wurtbad... Asseyez vous donc ! dit le Comte en désignant un siège sur sa droite.
-Je vous remercie de votre clémence, monseigneur, dit Anton en s'exécutant.
Le Graf regarda alors tous ses invités, et leva son verre.
-Vous savez tous et toutes qu'aujourd'hui le Commandant Suprême des Forces du Stirland, Anton Ludenhof, l'homme assit à ma droite, a réussi à mener nos hommes à la bataille. Messieurs, Mesdames, je voudrais qu'on lève nos verres à la victoire des soldats du Stirland contre ces infâmes Hommes-bêtes ! A la victoire ! dit le Graf en amenant sa coupe de vin à ses lèvres.
-A la victoire ! dirent en coeur ses invités, en l'imitant.
-Alors dites moi, von Wissen, comment vont les Nains de Zhufbar ? demanda Haupt-Anderssen en se remettant sur son somptueux siège.
Le concerné regarda son souverain, et lui répondit :
-Eh bien, monseigneur, les Nains de Zhufbar se portent on ne peut plus bien. Toutefois, ils restent outrés par l'attitude du Comte d'Averland. Le Haut-Roi de la Citadelle a demandé à notre Bien-Aimé Empereur, Karl Franz Ier de venir discuter de la situation.
-Ah oui ? dit le cousin du Comte, ils auraient pu aussi penser à nous...
-Allons, pourquoi nous auraient-ils inviter ? demanda Volzinger.
-Pourquoi ? Parce que c'est grâce au sang de notre peuple que la Citadelle de Zhufbar est encore debout ! Qui pourrait retenir ces immondes morts-vivants ?! s'exclama le Comte.
-N'oublions pas que les Nains de Zhufbar nous ont rendus la pareille... répondit Anton.
-Et donc vous dites que le Haut-Roi a invité l'Empereur ? demanda le Graf en tentant de changer de sujet.
-En effet, Excellence, mais Notre Empereur n'aurait pas encore donné sa réponse...
-Il doit être encore trés préoccupé par les suites de la dernière guerre, dit Volzinger.
-Tout comme nous, répondit Anton.
-Cela me fait penser à la merveilleuse défense du Mur Sud de Middenheim, organisé par notre Graf ! dit von Heutrass.
-Oui, levons notre verre à votre exploit ! dit le Commandant Suprême.
Et tous retrinquèrent.
-Dites moi, Ludenhof...
-Oui, Excellence ?
-Avez vous une petite anecdote à nous conter sur Notre Empereur ?
-Eh bien, ma foi, oui...
-Faites donc nous part de cela ! demanda Klieger.
-Ce fut la veille d'une bataille contre les Orcs. Les mêmes Orcs qui menaçaient et le Stirland et le Reikland. Cela se passa il y a plus de cinq ans.
Tous les invités étaient suspendus aux mots du Commandant Suprême.
-Nous étions en train de festoyer, mon estomac se souvient encore de ce succulent rôti !
-Vous verrez que ce soir vous ne serez pas déçu non plus ! répondit le Graf.
-Je n'en doutes pas le moins du monde, monseigneur. Donc, nous parlions de la façon de vaincre ces peaux-vertes. Et c'est alors que l'Empereur me regarda droit dans les yeux. Je me souviendrai toute ma vie de ce regard froid... Et là, Il m'a dit, exactement comme cela, alors Anton adopta une voix grave et autoritaire :
"Ludenhof !" Je répondis : "Oui, Majesté ?" "Pourriez vous me passer le sel ?"
Les invités éclatèrent de rire, même le Graf ne put s'en empecher.
-Ah Ludenhof, je suis bien content de vous avoir choisi pour être mon...
-Excellence ! dit un Garde.
Abasourdi, le Comte Electeur se retourna devant le Garde du Palais.
-Qu'y a-t-il ? Vous venez de m'interrompre ! commença à s'enerver Haupt-Anderssen.
-Milles excuses, mais un message d'urgence est arrivé de Leicheberg. Le Comte Peter Von Stople vous prie de lire immediatement cette missive.
-Bien, bien, donnez la moi !
Le Garde s'exécuta. Le Graf de Wurtbad lut attentivement... Puis, au bout de quelques minutes :
-Je vous prie de m'excuser. Ludenhof venez avec moi...
-Bien, Excellence...

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Duc de Sang
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 29
Localisation : La Garenne Colombes
Date d'inscription : 10/06/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Mer 28 Juin 2006 - 18:20

très sympa comme texte, j'aime beaucoup la référence à Master and Commander...
je n'ai pas reperer de grosses fautes et le style est ma foi bien... par contre la fin nous fait vraiment penser qu'il va y avoir une suite n'est-ce pas???
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Mer 28 Juin 2006 - 18:25

Absolument !
Je te remercie de ce commentaire, et j'attends ton texte avec impatience Wink

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volkan Sturmherold
Milicien
Milicien
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 26
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Mer 28 Juin 2006 - 21:01

c'est vrai que ton texte est très bien....
je me disais bien le coup du sel je l'avais déja entendu quelque part.

_ prévenir...
_ une forêt inquiétante.
_Courir et prévenir le Comte...
_ accélérer, malgré ses poumons en feux.
_ Ce Vampire s'apprêtait
_ bête accéléra, ou plutôt les bêtes. Hans ne savait pas, il était trop terrorisé pour se retourner.
_ Mannslieb (pas sûr là...)
_ s'étaient agrippés au cou de leur proie
_ Alberich Haupt-Anderssen. Le Comte Électeur
_bien évidemment été invité.
_ son carrosse
_son armure légère
_dizaines de médailles
_attraper froid avec ce maudit hiver
_"le Ludenhof"= pas très poli mais bon....
_ extrêmement garnie, où le Graf présidait.
_ Électeur
_répondit Anton embarrassé.
_en cœur ses invités, en l'imitant.
_ encore très préoccupé par les suites de la dernière guerre
_Et tous trinquèrent à nouveau => français.
_Dites-moi, Ludenhof...
_ Graf ne put s'en empêcher.
_commença à s'énerver Haupt-Anderssen.
_ de lire immédiatement cette missive.

Sinon c'est parfait.
Je sais que je suis pointilleux... voire chiant.... mais vu que c'est un concours....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le Duc de Sang
Chevalier
Chevalier
avatar

Nombre de messages : 224
Age : 29
Localisation : La Garenne Colombes
Date d'inscription : 10/06/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Mer 28 Juin 2006 - 22:19

Citation :
Absolument !
Je te remercie de ce commentaire, et j'attends ton texte avec impatience

de rien, je pense le finir ce soir... je déborde d'idée....

Citation :
Je sais que je suis pointilleux... voire chiant.... mais vu que c'est un concours....

très patient surtout parce que faut les reprerer les fautes, ou alors t'es prof de francais Laughing, mais vu ton jeune age... ( je plaisante bien sur)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Mer 28 Juin 2006 - 22:37

Je te remercie beaucoup pour cette correction de fautes !
Mais à vous maintenant !

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volkan Sturmherold
Milicien
Milicien
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 26
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Mer 28 Juin 2006 - 23:11

Quand une dingue te soule pour tes dictées pendant 3 ans tu les vois en relisant une seule fois.....

je faisais à peine une faute elle me geulait dessus avec sa voix surraigüe....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Volkan Sturmherold
Milicien
Milicien
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 26
Date d'inscription : 23/06/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Dim 2 Juil 2006 - 21:51

Bon... voila mon texte... j'attend vos commentaires.

Kislev, un an après la dernière guerre contre Archaon, Seigneur de la Fin des Temps.

Sur la plaine gelée de la toundra, tout observateur extérieur pouvait aisément remarquer qu’une bataille avait lieu en ce moment entre les Guerriers de l’Empire et les Nordiques.

Le combat venait de commencer et déjà des centaines de valeureux guerriers s'apprêtaient à mourir et à tuer...

Le contraste entre l'armée noire qui avançait pour égorger et massacrer son ennemi, et l’armée bleue et rouge venant d’Altdorf qui tenait sa position et s’apprêtait à déchaîner une tempête de feu et de métal sur les Nordiques était saisissant.

Le chef des Hordes Chaotiques se nommait Chronos, c'était un démon imposant, une véritable montagne de muscles qui avait sûrement perdu toute once d'humanité en massacrant des villageois innocents...

Du haut des collines où l‘artillerie impérial s‘était déployée, en amont de la bataille, le Capitaine Hans Schläger regardait le camp ennemi, jaugeant du regard chaque guerrier, chaque régiment pour trouver les menaces les plus évidentes...
La consigne avait été simple : "vous devez retenir cette armée jusqu'à ce que les renforts arrivent."
Le capitaine Schläger, commandant de l'armée, s'efforçait de respecter cette consigne.
"Maître ingénieur !" Hurla Hans, tout en mettant pied à terre et en retirant son casque.
"Oui seigneur ?"
"Que les arquebusiers tirent sur les démonettes montées ! Ces saletés harcèlent nos flancs depuis assez longtemps !"
"Bien monsieur !" Hurla l'Ingénieur, en essayant de se faire entendre par son Capitaine malgré l'explosion d'un canon à répétition.
"Passez-moi votre long fusil !"
L'ingénieur le lui passa.
Hans l'épaula et scruta le champ de bataille à la recherche de son homologue ennemi : Le général Nordique
Il ne le trouva pas... mais il repéra une sorcière qui semblait psalmodier des incantations dans un régiment de Maraudeurs du Nord.
"Que les mortiers fassent feu sur les maraudeurs !"
"Mais monseigneur? Les Chevaliers Chaotiques ne sont-ils pas une plus grande menace ?"
"Probablement mais il y a une sorcière cachée dedans... et notre Sorcier de bataille de l'ordre flamboyant est mort en tentant de sauver un canon à répétition des mains de ces même Chevaliers du Chaos pendant leur attaque du village d'Oblav... je préfère autant ne pas avoir affaire à la magie noire "
"Mortiers à 45° feux !"
Les huit mortiers tirèrent une salve qui alla immoler les maraudeurs et la sorcière.
"Joli tir... je ne vois plus qu'un Champion du Chaos et... " il regarda plus attentivement "mais qu'est ce qu'un Héraut Démoniaque fait ici ?"
"Un héraut démoniaque ? Ici ?"
"Ce sont les créatures les plus abominables que je connaisse..."

Soudain, un tumulte venant du camp adverse l'interrompit dans ses rêveries.
Il hurla aux arquebusiers campés sur les collines : en joux !!!
Tous les soldats obéirent.

Quant aux ennemies, ils fonçaient vers les lignes de lances et d'hallebardes abaissées qui les attendaient de pied ferme.
Hans leva son épée dans le ciel et l'abaissa : une salve de balles allant semer la mort dans les rangs ennemis partit des fusils.

"Que les canons ne cessent le pilonnage qu'à la tombée de la nuit ! Mon cheval ! Nous allons porter le combat à l'ennemi... Maître ingénieur, Vous avez le commandement de l'artillerie."dit il tout en remettant son heaume et il s'approcha des preux Chevaliers ; il leur donna des ordres tout en montant son fidèle destrier blanc.
Il dit : "Pour l'Empire ! " et ses chevaliers le suivirent au combat.

Chronos regarda les rangs ennemis : seulement des paysans, des soldats, des canons, il avait pourtant ouï des légendes sur des chevaliers...
Mais un cri attira son attention : des cavaliers fonçaient tête baissée pour moissonner les vies des Maraudeurs.
Il vit leur chef piétiner le chef des maraudeurs.
"Arbaal ! Charges-toi de cet imprudent et ramène moi sa tête !" ordonna le démon à un mortel en armure noire
"Bien maître" Le Champion du Chaos monta son destrier et prit la tête des Chevaliers du Chaos


Une clameur se fit entendre sur l'aile gauche : Les Chevaliers du Chaos venaient de lancer un assaut contre les lanciers. Hans vit le Champion du Chaos à leur tête :"Je vais m'occuper de lui... ! Suivez-moi !"
Lui et ses chevaliers poursuivirent ce Champion et son unité à travers une pluie de carreaux et de boulets de canons. Alors que cet homme vil semblait vouloir échapper aux cavaliers impériaux.

Un régiment de guerriers du Chaos sembla vouloir s'interposer entre les Impériaux et les Chaotiques.
Les chevaliers passèrent au travers, mais trouvèrent de plus en plus de guerriers entre-eux et la cible du Capitaine, reconnaissant son erreur : son ennemi l'avait trompé : ne pensant pas avoir à traverser un bataillon entier de Maraudeurs, il n'avait pas pris de régiments d'infanterie pour épauler ses chevaliers. Les Chevaliers Chaotiques avaient réussi à se désengager et à faire demi tout pour couper toute possibilité de retraite à la cavalerie. Seule la vivacité d'esprit de Hans lui permit de comprendre le piège qui allait se refermer sur lui, aussi pressa-t-il son avantage, traversant les lignes ennemies et partant vers le nord. Puis il retourna vers les lignes impériales, furieux de s'être fait berner comme le premier des pistoliers (qui sont des têtes brûlées comparées aux vétérans que sont les chevaliers Impériaux).

Arbaal ne chercha même pas à poursuivre sa cible, comprenant qu’il ferait une erreur tactique à un moment ou à un autre et là il pourrait à nouveau menacer la tête de ce chien.
« Ce chien est doué... mais je l’aurai »


*************
Le lendemain
*************


La bataille durait déjà depuis la veille... toute la nuit les vaillants soldats du Capitaine Schläger ont combattu bravement les nordiques..
Quand le jour se leva, Hans Schläger vit que la plupart des ses hommes étaient morts... ou blessés, mais en tout cas tous étaient épuisés.
Les canons et mortiers qui avaient cessé de tirer à la tombée de la nuit venaient de reprendre leur pilonnage.


Hans vit que sa bannière tanguait dangereusement et il galopa vers son ami Konrad.
« Konrad ! »Hurla t'il tout en sautant à terre.
« Hans ! Attention aux Chevaliers ! » Konrad avait une flèche noire au travers du torse.
Le poison le tua en quelques secondes. Hans se retourna et vit des Chevaliers du Chaos lui foncer dessus.
Alors que tout semblait perdu pour lui, un boulet de canon atterrit au pied de leurs chevaux et les pulvérisa, excepté le grand Champion, Arbaal.
Deux régiments d'une cinquantaine de guerriers du Chaos vint au secours du Champion.

Le régiment des joueurs d'épée établit un dernier carré autour de la bannière tombée.
Alors que les joueurs d'épée vendaient chèrement leur peau contre ces guerriers aux effectifs pléthoriques, Hans et le Grand Champion se battaient en duel.
"Je sens une grande peur en toi... impérial !"
"Je sens une odeur nauséabonde venant de toi... depuis quand ne t'es-tu pas lavé ?"
Le Champion semblait en colère et brisa le bouclier d'Hans avec son Pallasch.
"As-tu peur de la mort ?"
"Non"
"C'est absurde... tous les humains ont peur de la mort... et ne t'y trompe pas ici c'est la mort que tu affrontes !"
"Alors je serais le premier humain à triompher de la mort !"
D'un mouvement ample qu‘il avait appris de son maître d‘arme, Hans para le Pallasch du Nordique sur la droite, puis il sortit sa dague de son ceinturon et de la main gauche égorgea son adversaire.

Il était heureux, mais il vit que lui et ses hommes étaient en nette infériorité numérique : ils étaient encerclés par l’armée ennemie.
Hans leva le regard et vit les Nordiques qui attendaient avant de s’approcher pour les mettre en pièce.
Il leva son épée, puis l’abaissa, à quoi bon... à un contre cinquante... peut être sa mort serait moins douloureuse s’il se laissait faire.
Puis la réponse lui vint : pour rejoindre le Panthéon des guerriers de l’empire, il devait affronter la mort même si cela était perdu d’avance, alors il se mit en garde et fit un petit discours à ses hommes.
« Guerriers de l’Empire ! Je peux lire dans vos yeux que vous avez perdu espoir, mais je peux vous jurer que tant que des hommes comme nous luterons, la lumière en ce monde ne sera pas recouverte par les ténèbres ! Alors luttez et défendez vos vies ! »

Les rangs des nordiques s’écartèrent pour laisser approcher le héraut démoniaque, Chronos.
Sa voix était un supplice pour les oreilles des guerriers humains « Vous n’avez aucune chance : jetez vos armes et votre mort sera rapide ! »

« Et si nous combattons, » demanda Hans
« Je vous achèverais très lentement ! Chargez Nordiques !»

Alors que leurs ennemis leur fonçaient dessus, ils levaient leurs épées et leurs boucliers en s’apprêtant à rejoindre Sigmar.
Alors que les Nordiques n’étaient séparés de ces hommes par moins d’un mètre, un élément inattendu les freina : un cor de guerre impérial avait sonné à l’extrémité nord du champ de bataille.
Chronos se retourna pour faire face à cette nouvelle menace : Des cavaliers Impériaux et Kislévites

Sur tout le camp de bataille la voix de leur chef put se faire entendre, une voix grave et rassurante pour les impériaux et terrifiantes pour les Nordiques « PAR SIGMAR ET URSUN ! CHARGEZ CAVALIERS ! »
Et à ces mots des douzaines de Chevaliers dévalèrent les pentes pour aller frapper les Nordiques qui encerclaient l’infanterie impériale.
Le chef des Chevaliers portait une armure d’un rouge très sombre, d’un métal enchanté capable d’arrêter les pires coups et maniait un sabre de cavalerie apparemment forgée par les meilleurs forgerons Cathayens.
Quand il repéra l’Héraut démoniaque, il éperonna son destrier noir comme la nuit dans sa direction.
Au moment où il s’apprêtait à perforer le thorax de la créature, celle ci les désarçonna, le choc faisant tomber son sabre.
L’héraut démoniaque maniait une hache, et il mit un coup qui aurait décapité cet homme s’il n’était pas protégé par les enchantements de son armure.
Son heaume fut brisé, l’homme le retira et le posa à terre, laissant entrevoir une chevelure brune légèrement hirsute.... un bouc de trois jours et un visage où toute trace de peur avait disparu suite aux maints combats contre les forces du mal qu'il avait livré, malgré sa jeunesse relative...

« Qui es-tu pour me défier chevalier ? »
« Je suis le Grand Maître Lothar Kriestov de l’Ordre des Phénix Noir, Ordre qui a passé les trois dernières années à pourchasser et tuer les créatures de votre engeance sur vos terres démoniaques! »
« Et moi je suis Chronos, Héraut de Khorne et fléau des hommes ! »
« Maintenant que les présentations sont faîtes, je vais vous tuer... regarder bien mon visage car c’est la dernière chose qu’il vous sera donnée de voir dans cette dimension »
« Pitoyable humain arrogant ! Tu te crois de taille ? Tu n’es même pas armé ! »
A ces mots, Lothar vit une épée bâtarde dans la neige, il la fit venir dans sa main droite d’un coup de pied...
« Et alors, tu n’es qu’un homme, fait de chair et de sang. Je suis une créature immortelle ! »
« Immortelle peut-être, mais pas invincible ! »
Et les deux adversaires commencèrent à se battre.

La Hache démoniaque et l’épée bâtarde s’entrechoquaient à une vitesse formidable.
Tantôt la hache était repoussée par l’armure magique et tantôt l’épée était repoussée par une peau dure comme du cuir de Rhinox.
Lothar remarqua que la créature ciblait toujours le même endroit avec sa hache : sa cuirasse.
Alors au moment où Chronos frappa une nouvelle fois, Lothar intercepta la hache et la fichant dans le sol en même temps que son épée, ce mouvement bloquant les deux adversaires.
« Et maintenant Chevalier ? »
« Maintenant je te tue ! » Il dégagea l’épée sans dégager l’Hache et s’apprêta à décapiter son adversaire quand celui-ci lui mit un coup de poing qui le mit à terre sur le ventre.
Lothar n’avait plus d’arme, il était à terre, et les combats autours d’eux semblaient s’être calmés pour que chaque guerrier assiste au dénouement du duel.
Chronos le saisit par les cheveux et le mit à genoux, dos à lui.
Il prit sa Hache et dit : « meurt Chevalier ! » tout en commençant son mouvement pour le décapiter.
Alors que pour Lothar tout semblait perdu, il vit le sabre de cavalerie de son père à moins d’un mètre de lui.
Il se jeta en avant au moment où la lame allait mettre fin à sa vie.
Chronos ne s’attendait pas à ce que son mouvement le mette dans une position à risque car il avait quelque chose pour l’arrêter : ce pitoyable chevalier, mais sans lui il se retrouva emporté en avant.
Lothar saisit son sabre, se retourna et le plaça en direction du thorax de la créature, la course de celle ci achevant le travail : elle se retrouva empalée sur le sabre.
« Lothar ... je me vengerais... »
« Peut être un jour... » et d’un mouvement vif il récupéra son sabre et décapita la créature qui se dématérialisa.

A la vue de la défaite de leur général, les Nordiques s’enfuirent.
« Monseigneur, que fait-on ? »demanda un chevalier
« Poursuivez-les, je ne veux pas qu’un seul survive. mais revenez vite ! »répondit Lothar
« bien Lothar, je m’en occupe » répondit à son tour un des Capitaines de l’ordre « Yha »
Et les cavaliers partirent à leur poursuite.
Lothar siffla son cheval.
« Mais d’où venez-vous ? » demanda Hans au Grand Maître
« De la Forteresse de Glace, notre citadelle fortifiée. »
« Merci de nous avoir sauvés. Mais que faisiez vous dans les parages ? »
« Nous étions en route pour l’Ostland, j’ai un message de la plus haute importance pour le Comte von Raukov... l’Empire est menacé par un grave danger... »
« Archaon est déjà vaincu... »
« Non, pas une menace des Désolations du Chaos.... mais des Morts-Vivants... un Seigneur Dragon de Sang lève une armée pour s’abattre sur l’Empire comme un vautour s’abat sur une proie blessée. »
« L’Empire n’est pas une proie blessée ! »
« Si... blessée par la dernière guerre, sinon comment expliqueriez-vous que ces Nordiques ait pu s’aventurer aussi près de la Frontière entre l’Ostland et Kislev... mais l’heure n’est pas au débat je dois partir pour l’Ostland. »
« Nous venons avec vous.... notre mission est terminée ici. »


Dernière édition par le Lun 3 Juil 2006 - 10:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Lun 3 Juil 2006 - 2:32

Excellent texte ! J'ai vraiment aimé, ce petit goût de baston Twisted Evil
Juste :
-C'est Commandant
-Des majuscules là où il ne devrait pas en avoir, ex : Thorax
-Extra lentement ! Laughing C'est pas dans leur vocabulaire ! Razz

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reynald de Châtillon
Ambassadeur bretonnien
Ambassadeur bretonnien
avatar

Nombre de messages : 108
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Ven 28 Juil 2006 - 15:16

Armand était furieux, l’incompétence de ses subordonnés et alliés impériaux allait lui coûter très cher à lui et à ses hommes. Les légions du Nécromancien avaient aisément percé les lignes impériales, Eodoric leur capitaine avait voulu ordonnait une retraite stratégique vers les gorges. Mais à son grand désarroi ses hommes avaient mal compris la manœuvre et ce qui aurait dû être un efficace repli stratégique se transforma en déroute. Des meutes de loup et des cavaliers avaient encerclés les fuyards et les avaient rabattus sur les masses compactes de cadavres animés qui composaient le centre de l’armée. Armand pouvait apercevoir les soldats se faire mettre en pièces et disparaître sous la masse des morts vivants.
-La peste soit d’eux ! tonna le Bretonnien, combien d’hommes nous reste-il ?
-Vos chevaliers se tiennent prêts, mon sire, répondit Aldéric, châtelain de Castelgard. Nous avons 200 lances, mais je crains que cela ne suffise.
-Qu’importe! derrière nous se trouvent nos terres, nos femmes et nos fils. Nous ne pouvons reculer. Nous les défairons ici et nulle part ailleurs. Je refuse de voir le sang de mon peuple couler pour garantir la sécurité de leur suzerain.

-Allons chevaliers ! cria-t-il à son armée, que voyez-vous devant vous ? La Mort n’est ce pas ? Mais depuis quand la craignons nous ? Depuis quand préférerons nous fuir plutôt que de combattre l’ennemi là où il s’assemble ? La réponse est lisible dans vos yeux. C’est la Dame et notre foi qui nous protégerons et non pas les murs purement matériels de mes châteaux. En avant maintenant ! Dressez vos lances et brandissez vos lames. L’ennemi tombera là où il a eu l’audace de nous combattre !

Toute l’armée cria et se mit en branle. Les sabots battaient furieusement l’air tandis que les chants de guerre des chevaliers se répercutaient dans les collines. Les chevaliers traversèrent en un instant la plaine et fondirent sur les lignes du Nécromancien, ignorant toute peur car en cet instant peu leur importait la mort ou la douleur. L’impact fut aussi terrible qu’était la colère de leur cœur. Les squelettes tombaient par dizaines alors que les Bretonniens continuaient leur avancée dans les rangs ennemis. La cavalerie mort vivante n’eut pas le temps de charger leur flanc que déjà les premiers chevaliers sortaient de derrière les lignes ennemis et se regroupaient pour l’assaut final.
Mais à leur grand désarroi un régiment impérial les attaqua, sortant des bois. Mais ce n’étaient plus des hommes, seulement un artifice des plus sombres qui les avais transformés en cadavres ambulants.
Tandis que ses hommes se battaient, assaillis de toutes part, Armand rassembla les chevaliers de sa maison et perça les lignes impériales qui ne purent réagir face à un assaut si brutal. Armand intima à ses hommes de continuer dans les sous-bois : si les zombies étaient sortis de là cela signifiait que leur ignoble créateur avait de bonnes chances de s’y trouver aussi.
Et il n’avait pas tord, à peine avait-il fait quelques pas que des squelettes se mirent à surgir autour d’eux. Et devant eux se trouvait la garde prétorienne du Nécromancien, soldats recouverts d’antiques armures rouillées mais à l’allure féroce.
-Chargez! hurla Armand en brandissant son épée. Son cheval bondit et la douzaine de ses pairs se lancèrent en avant en hurlant. Leur assaut fut terrible mais les morts vivants ne faillirent pas. Leurs lourdes hallebardes fauchèrent plusieurs chevaliers. Mais malgré cela Armand continua, taillant de son épée les os et le métal. Le nécromancien était proche mais ses gardiens se massaient autour de lui et formaient un épais mur de bouclier. L’espoir quittait lentement Armand, il allait échouer. Il songea à ses hommes qui se battaient contre le millier de squelettes dans la plaine, son seul espoir avait été d’atteindre le nécromancien et lui porter un coup fatal mais à présent il voyait combien la tâche lui était impossible. Autour de lui ses parents et amis tombaient les uns après les autres tandis que toujours plus de guerriers sortaient du sol. Son bras faiblissait à chaque coup qu’il portait et toutes les parties de son corps criaient de douleur. Tandis qu’il sentait son esprit sombrer peu à peu il vit le dernier homme de sa maison tomber de son cheval.
-Ainsi finis-je, songea-t-il.
Les ténèbres l’envahirent mais, alors qu’il portait ce qu’il pensait être son dernier coup, il aperçut une vive lueur. Il s’efforça de distinguer d’où elle venait, quand un vent tiède souffla sur son visage. Il entendit une douce mélodie : une femme chantait au loin. Soudain, il lui sembla revivre; chacun de ses muscles semblait s’être gonflé et guéri de toute blessure. Il sentit monter en lui une force telle qu’il n’avait jamais ressentie auparavant. Il leva son bras et frappa de son épée le casque d’un ennemi. Sa lame semblait brillait d’une lueur divine tandis qu’elle décrivait des arcs mortels. Armand su à cet instant que sa prière avait été entendue. La Dame lui avait porté un concours inespéré et récompensé son serviteur de la plus grande récompense qu’il soit parmi toutes les richesses de ce monde.
Dès lors rien ne pouvait l’arrêter ; il se fraya un passage, tuant toujours plus d’atrocités morts vivantes. C’est alors qu’il se débarrassait d’un ultime gardien qu’il vit enfin le blanc des yeux du Nécromancien, qui était tétanisé par le retournement de situation. Ses guerriers n’affrontaient plus un homme mais un dieu, il n’esquissa même pas un geste lorsque la lame bleutée le frappa et le renvoya dans les ténèbres d’où il avait vu le jour.








Voilà mon texte, il utilise bien sûr le style épique, qui convient à merveille aux Bretonniens Wink

_________________
L'honneur est l'unique chose qui fait notre suprématie; l'honneur et notre foi en la Dame nous est de plus d'utilité que vos artifices mécaniques et blasphématoire. Que vos canons hurlent aux Dieux de la Mort! Nous ne faillirons pas!


Dernière édition par le Lun 4 Sep 2006 - 14:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Ven 28 Juil 2006 - 22:48

Ah super, un autre texte ! On pourra au moins faire un podium Laughing
Je rappelle que vous avez jusqu'en septembre !

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Mar 29 Aoû 2006 - 20:41

Attention !
Rappel pour les retardataires, les votes commenceront bientôt...

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Lun 4 Sep 2006 - 12:18

Arf un triple post, mais c'est pourtant nécessaire Embarassed

Messieurs, je tiens à remercier les participants de ce concour (oui, merci à Anton Ludenhof Laughing )

Les votes commenceront ici et dés maintenantn vous avez jusqu'à lundi prochain !

1er : 3pts
2ème : 2pts
3ème : 1pts

Les participants ne peuvent pas voter Wink


Anton Ludenhof, Gloire au Conseil Impérial !

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
arou
Chevalier
Chevalier


Nombre de messages : 202
Age : 33
Localisation : Paris
Date d'inscription : 24/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Sam 9 Sep 2006 - 21:56

Un grand bravo à tous pour ces fabuleux récits, je me suis régalé!
Voici mon vote:

1)Volkan Sturmherold
2)Anton Ludenhof
3)Reynald de Châtillon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Sam 9 Sep 2006 - 22:45

J'aime qu'on vote ! C'est un bon geste que tu as fait arou !

Je n'oublie pas ceux qui aident mon forum !

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julien
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 348
Age : 34
Localisation : Chateau Reikguard (lyon)
Date d'inscription : 27/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Sam 9 Sep 2006 - 23:53

alors
1 Anton Ludenhof (vite la suite du récit. ca s'arrete là ou le drame s'emballe Wink )
2 Reynald de chatillon (c'est ma deuxième âme de bretonnien qui parle)
3 Volkan Sturmherold (une bien belle bataille)

désole de pas avoir pu participer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Sam 9 Sep 2006 - 23:55

Euh, une suite, oui pourquoi pas Laughing

Si je suis solicité ! Wink

Allez, on continue de voter, pour le Conseil Impérial !!

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
valvin
Epéiste
Epéiste
avatar

Nombre de messages : 76
Age : 37
Localisation : Limoges (87)
Date d'inscription : 30/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Dim 10 Sep 2006 - 15:39

Voilà mon vote :

1°) Reynald de chatillon
2°) Anton Ludenhof
3°) Volkan Sturmherold

Ciao.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arminius
Capitaine
Capitaine
avatar

Nombre de messages : 457
Age : 26
Date d'inscription : 21/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Dim 10 Sep 2006 - 16:15

1°-Volkan
2°-Anton
3°-Reynald

Voili clown
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anton Ludenhof
Empereur
Empereur
avatar

Nombre de messages : 1575
Age : 26
Localisation : Prés de Toulouse
Date d'inscription : 23/04/2006

MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   Lun 11 Sep 2006 - 14:25

Bon, ben on a quelques votes !
On arrète ? Ou alors on continue ?! Je laisse encore 1 semaine pour ceux qui voudraient se manifester Wink


Anton, vive le Conseil Impérial !

_________________
Soutenez la Menace du Stirland : http://auteur-mds.skyrock.com/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Concour de récits ! Grandes Vacances 2006 !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» GamesDay 2006 !!!
» Les Grandes Ecoles
» Les Grandes Familles du Lyonnais-Dauphiné
» DRC Échezeaux 2006
» Dégustation Gevrey-Chambertin 2006

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Conseil Impérial :: Notre chère terre : L'Empire :: Concours-
Sauter vers: