Le Conseil Impérial

Forum des joueurs de l'Empire à Warhammer Battle, 9e Âge, Age of Sigmar et même Kings of War !
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Main basse sur Tor Elasor

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Von Rechnaud
Epéiste
Epéiste


Nombre de messages : 98
Age : 24
Date d'inscription : 20/06/2011

MessageSujet: Main basse sur Tor Elasor   Lun 4 Juil 2011 - 1:12

Bonsoir à tous !

Comme certains le savent peut-être, le Games Workshop de Toulouse organise une campagne nommée "Main basse sur Tor Elasor" dans laquelle les Hauts Elfes perdent tout contact avec une de leurs forteresses et où des armées du monde entier se précipiteront pour prendre possession des lieux.

Or, pour cette campagne, j'ai écrit un petit Background pour la participation de mon armée impériale qui sera notée et comptera pour le résultat de la campagne, aussi je vous demande vos avis et critiques sur ce texte.

Le voici:

"Assemblons la flotte sur le champs ! Nous devons y aller !"

L'hiver s'était installé sur l'Empire, couvrant d'une épaisseur de neige immaculée les terres millénaires des hommes. Des montagnes grises au sud aux fastes forêts de l'Ostland et de l'Ostermark au nord, le blanc donnait une impression de calme et de sereinité. Une impression bien trompeuse.

"Balivernes ! L'Empire n'a que faire des affaires des elfes ! Nous avons nos propres problèmes, qu'ils se débrouillent avec les leurs !"

Perchée au sommet d'un rochet abrupte, la cité de Middenheim, cité souvereine du Middenland, abritait en son sein le grand temple d'Ulric, dieu de l'hiver, des loups et des batailles. Un dieu bien sollicité en ces heures sombres.

"Frère Heinrich dit vrai, nous ne pouvons pas nous permettre de nous séparer des quelques régiments qui gardent nos frontière, et vous voulez envoyer une armée entière au sud ? C'est de la folie !"

Le temple était curieusement calme, tous les prêtres étaient réunis en conseil exceptionnel dans la salle sacrée d'Ulric, au coeur du temple, là où il est dit que le dieu applati d'un formidable coup de poing le fauschlag, "rocher du coup de poing", sur lequel fût ensuite bâti la cité.

"Oubliez vous ce que nous devons aux elfes ? Sans eux, et leurs enseignements, il y a bien longtemps que le Chaos aurait prit possession de ces terres, il n'y aurait plus d'Empire et même les dieux n'auraient pu l'empêcher ! C'est un devoir sacré de les aider !

-Blasphème !
"

Derrière les deux immenses portes de chêne, l'amphithéatre était bondé de frères mineurs assistants au débat alors qu'au centre, attablés autours d'une grande table ronde, les prêtres guerriers et dirigeants du culte d'Ulric décidaient si oui ou non le culte d'Ulric devait ordonner une levée en masse de troupes pour gagner Tor Elasor, endroit mystérieux dont personne ne savait rien. Une chose pourtant était sûre: les elfes avaient appelés à l'aide et Karl Franz lui-même avait encouragé les Comtes à lever autant d'hommes qu'ils le pourraient.

En réalité, bien peu étaient partis. Trop peu pour la tâche qui s'annonçait.

"Les Sigmarites eux-même prêchent le rassemblement pour la guerre ! Les serviteurs d'Ulric ne peuvent rester derrière, nous passerions pour des lâches et perdrions toute l'influence gagnée ces huit dernières années !"

Autours de la table, les papiers volaient dans les airs, cartes, missives, rapports divers, certains brandis, d'autres froissés alors que les prêtres tâchaient de se mettre d'accord.

"Depuis quand nous préoccupons nous de ces imbéciles ? Ils veulent aller mourir dans le sud ? Grand bien leur fasse ! Mais nous n'avons pas le droit d'affaiblir nos terres alors que nos ennemis de toujours se rassemblent aux frontières ! Au sud, les bretonniens lèvent de grandes armées, les vents du nord soufflent avec une vigueur renouvelée et on raconte qu'une Waaagh ! se prépare dans les montagnes ! Nous ne pouvons nous passer de personne !"

Seules deux personnes restaient silencieuses. Konrad von Rechnaud, Archidiacre d'Ulric, et son garde du corps, le capitaine Stefan von Graft. Deux visages fermés et imperturbables qui semblaient ailleurs tout en écoutant les prêtres se chamailler.

"Mais si nous ne partons pas, qui sait quel périls nous risquons de laisser se renforcer ? Nous avons besoin des elfes autant qu'ils ont besoin de nous, nos alliés se font trop rares pour que nous les laissions seuls face à leur destin ! S'exclama un des prêtres guerriers en pointant un doigt accusateur sur un bureaucrate du culte.

-Et le coût d'une pareille expédition, y avez-vous pensé ? Se défendit ce dernier en brandissant une liasse de rapports. Nos caisses se portent bien, mais pareille folie les videraient et qu'y gagnerions nous ? Du sang et des larmes, c'est tout ce que nous récolterions de cette affaire !

-Comment... ?
"

Ce simple mot, prononçé d'un ton parfaitement calme et presque inaudible au milieu du brouhaha environnant, suffit pourtant à faire taire tout le monde, car c'était l'archidiacre lui-même qui avait pris la parole.

Les deux poings sur la table, celui-ci se leva, drapé dans une épaisse fourrure de loup blanc et vêtu d'une armure de plates ouvragée portant le symbole sacré d'Ulric. Ses longs cheveux noirs et sa barbe fournie encadraient un visage dur, marqué par des années de guerre et de malheur. Un homme dur mais juste auquel personne ne s'était opposé lors de sa nomination au rang d'Archidiacre suite à la mort au combat de son prédecesseur.
Un meneur charismatique et un homme à la foi pure, comme il y en avait à la fois tant et trop peu dans l'Empire.

-"Comment pouvez-vous passez autant de temps à délibérer alors que notre allié de toujours est en danger ? Lors de la Grande guerre contre le Chaos, les elfes ont-ils autant hésités avant de nous envoyer de l'aide alors même qu'ils étaient menacés par leurs cousins et par les maraudeurs ?"

Il balaya du regard ses confrères qui soudains s'étaient tus.

-"Et vous, mes chers confrères, vous parlez d'argent ? Vous parlez de quelques orques et de vents qui soufflent trop fort ? Savez-vous où se dirigent les bretonniens et les orques ? Savez-vous ce qui occupe l'attention des dieux sombres ? Oh, pour une fois, ce n'est pas l'Empire, c'est ceci !"

Il frappa du plat de la main une carte représentant l'île d'Elasor, source de tout le conflit.

-"Voila l'endroit vers lequel toutes les armées du monde voguent, une terre de beauté et de richesses qui bientôt deviendra une terre de carnage. Les forces de la destructions comptent s'emparer de cet endroit, et quelque soit ce qui s'y cache, cela ne doit pas tomber entre leurs mains. Pour la première fois depuis longtemps, les elfes ont appelés à l'aide malgré leur arrogance bien connue.

Et l'Empire répondra !
"

D'un seul mouvement, les prêtres présents se levèrent, manifestant leur approbation, mis à part quelques opposants qui restèrent assis.
Mais malgré cela, le vote était sans appel.

Konrad hocha la tête.

-"Parfait. Heinrich, je veux que vous dépêchiez des messages aux Comtes de toutes les provinces et à l'Empereur pour les informer que nous partons en croisade et que nous apprécierons toute aide en hommes ou en matériel qu'ils pourront nous fournir. Prévenez aussi le grand théogoniste Volkmar, nous aurons besoin de l'appui des Sigmarites dans cette guerre, et surtout de leur logistique.

Pieter, vous partez pour Marienburg, je veux qu'une flotte soit prête à emmener nos troupes vers Elasor, et vers la guerre.

Karl, vous vous chargerez du recrutement et de l'entrainement des croisés qui répondront à l'appel.

Otto, vous vous chargerez de l'intendance.

Messieurs, nous partons dans trois semaines, pour la gloire d'Ulric, de Sigmar et de l'Empire !
"

Un à un, les prêtres ayant reçus leurs missions partirent, accompagnés de ceux qu'ils avaient choisis pour les assister, alors que les disciples quittaient l'Amphitéâtre pour retourner à leurs tâches. Ne restaient près de la table que Konrad et son garde du corps et ami.
Stefan pris la parole le premier.

"-Tu prends de gros risques en te lançant dans une telle expédition. Même si tes intentions sont pures, il faudra bien ramener des richesses de là-bas. Une croisade demande beaucoup de fonds, sans parler des terres dont l'Empire a cruellement besoin. Conquête et pillage ne font pas parti de tes passions, mais si nous voulons réussir, il faudra bien y consentir.

-Je sais bien, mon vieil ami. Nous ferons ce que nous devrons. Comme toujours.
"

Puis, l'Archidiacre sorti à son tours de la salle et, suivit par le capitaine, il monta jusque dans le clocher du temple, duquel on avait une vue imprennable sur la cité et les terres environnantes.

En bas, sur la grande place de la ville, les coursiers se rassemblaient, prêts à partir aux quatres coins de l'Empire alors que les crieurs appelaient les hommes à prendre les armes. Silencieux, les deux hommes regardèrent la Grande Bannière de la croisade sortir du temple, depuis le reliquaire. Celle-ci fût plantée au centre de la place et bientôt, des croisés de toutes les provinces arriveront pour se joindre à la sainte armée.

Konrad porta le regard vers le sud, et vers Tor Elasor. Une aube rouge se levait à l'horizon. Rouge et or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Rechnaud
Epéiste
Epéiste


Nombre de messages : 98
Age : 24
Date d'inscription : 20/06/2011

MessageSujet: Re: Main basse sur Tor Elasor   Lun 4 Juil 2011 - 22:39

Si vous pouviez donner vos avis, ce serait vraiment sympa... Que je retouche au besoin si ça colle pas assez avec le fluff impérial.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belgarath
Reiksmarshall
Reiksmarshall


Nombre de messages : 789
Age : 35
Localisation : Toulouse (enfin, pas loin quoi!)
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Main basse sur Tor Elasor   Mar 5 Juil 2011 - 2:16

Ben le problème avec ton texte, c'est qu'il montre... une réunion du clergé Sigmarite ! Parler d'argent, réticence à aider des étrangers, manœuvres bassement politiques pour préserver leurs intérêts de façon plutôt lâche... Ça ressemble vraiment plus à un concile sigmarite qu'à une réunion au sommet du clergé ulrican.

Tout ulrican suit un code de conduite très strict où l'honneur, le courage et le respect sont les maîtres mots. Le simple fait de parler d'argent ou de refuser d'aider des alliés serait un déshonneur pour le clergé ulrican car totalement contraire aux préceptes d'Ulric.

Par contre, un conseil militaire au Palais Comtal réunissant les administrateurs du Comte, ses généraux, et les représentants des ordres militaires et religieux du Middenland serait tout à fait plausible... Avec en toute fin l'intervention de l'Archidiacre d'Ulric (au passage, pourquoi ton archidiacre est-il présent et pas le chef du culte d'Ulric, l'Ar-Ulric Emil Valgheirt? ) pour rappeler aux Middenlanders que leur conduite et leurs considérations bassement matérielles sont indignes des fils d'Ulric, et que le Culte d'Ulric lance une croisade quitte à partir se battre seul.

Von Rechnaud a écrit:
Messieurs, nous partons dans trois semaines, pour la gloire d'Ulric, de Sigmar et de l'Empire ![/i]"

Autre point qui choque, un haut dignitaire du Culte d'Ulric qui dit "pour la gloire d'Ulric", ok, "de l'Empire", ok, MAIS "DE SIGMAR"??? Faut-il rappeler que pour les Ulricans, Sigmar n'est pas un dieu ou plutôt qu'officiellement ils acceptent de le reconnaitre comme une divinité protectrice de l'Empire, mais qu'officieusement pour eux c'est une imposture? Sigmar n'était qu'un chef de tribu qui vénérait lui-même Ulric et a d'ailleurs été couronné par l'Ar-Ulric de l'époque. Donc pour les ulricans, le simple fait que Sigmar ait été un fervent adepte d'Ulric suffit à prouver qu'il ne peut en aucun cas être un dieu (quel dieu en vénèrerait un autre?). Or, le culte de ce faux dieu a considérablement affaibli l'influence du culte d'Ulric dans l'Empire, reléguant le seul vrai dieu protecteur de l'Empire au second plan. Et les cultes de Sigmar et d'Ulric se tirent la bourre depuis la "divinisation" de Sigmar.
Alors bon, un archidiacre d'Ulric qui ose dire "pour la gloire de sigmar" ça fait vraiment bizarre. Fais lui oublier de mentionner Sigmar, un simple "Pour la gloire d'Ulric et de l'Empire" sera plus fluff.

_________________
Blague ulricane :
Quelle différence y a-t-il entre un poulet et un sigmarite?
Un neurone!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Far2Casual
Joueur d'Epée
Joueur d'Epée


Nombre de messages : 170
Age : 33
Date d'inscription : 30/09/2010

MessageSujet: Re: Main basse sur Tor Elasor   Mar 5 Juil 2011 - 11:39

Cher Belgarath, je ne suis pas convaincu par ta vision idéaliste du clergé ulricain. Les travers "politiques" de la religion sigmarite s'appliquent aussi, dans une autre mesure, au clergé ulricain. Dire que tous les Ulricains se comportent comme des modèles de droiture et d'intégrité ne me semble pas correct. Ar-Ulric est probablement une personnage de cette trempe, mais à ce niveau-là Volkmar et Luthor Huss ne sont pas en reste non plus.

Par contre, 100% d'accord avec ton autre remarque. Un Ulricain qui dit "Pour la gloire de Sigmar!" est aussi probable que de le voir louer Gork.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Rechnaud
Epéiste
Epéiste


Nombre de messages : 98
Age : 24
Date d'inscription : 20/06/2011

MessageSujet: Re: Main basse sur Tor Elasor   Mar 5 Juil 2011 - 11:51

En réalité, je connais très peu le culte d'Ulric, tous les livres de la bibliothèque interdite que j'ai lus n'en parlant pas au profit du culte de Sigmar, c'est pour cela que je voulais votre avis.

En fait, si il citait Sigmar c'est parce que pour mon héro (à savoir l'archidiacre), la croisade à venir est d'une telle importance qu'elle doit dépasser les séparations religieuses et toucher chaque homme de l'Empire. Dire "Pour Sigmar" au milieu de ses fidèles d'Ulric était une provocation pour bien le leur faire comprendre, ce que je n'ai peut-être pas assez mis en avant.

Mais l'idée de transposer le lieu de réunion dans le palais comtal, ou même, voyons plus haut, dans le palais impérial, avec l'Empereur, les comtes de chaques provinces, les chefs de cultes et quelques Archidiacres ainsi que les généraux, dirigeants d'école de magie et autres, ce qui permettra même d'inclure des personnages qui auraient "senti" la présence des portails démoniaques (qui s'ouvriront durant la campagne).

Bon, je vais tout reprendre, je repost dès que je l'aurais terminé ^^ Merci encore pour vos avis !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Belgarath
Reiksmarshall
Reiksmarshall


Nombre de messages : 789
Age : 35
Localisation : Toulouse (enfin, pas loin quoi!)
Date d'inscription : 20/04/2006

MessageSujet: Re: Main basse sur Tor Elasor   Mar 5 Juil 2011 - 12:55

FarToCasual : Oui je suis d'accord, au sein du Culte d'Ulric aussi il y a forcément des manoeuvres politiques.
Mais le Culte d'Ulric, même riche et puissant, n'est absolument pas tourné vers l'ostentation et la possession matérielle comme l'est le culte de sigmar. Mieux encore, là où le culte de sigmar est divisé en trois ordres avec les prêtres guerriers sur le terrain (les moins hauts dans la hiérarchie), les théologistes qui restent le cul posé sur leur chère et comptent les sous toute la journée entre deux sermons, et les inquisiteurs qui traquent "l'impur et le chaos" (comprendre qui traquent surtout les opposants qui gênent le culte de sigmar), le Culte d'Ulric est plus centré sur ses principes : tout ce qui est administratif est laissé à le charge... d'administrateurs, qui doivent certes gérer l'entretien des temples mais surtout les armureries et les troupes permanentes à la charge de ces temples. Quand aux prêtres, quel que soit leur rang au sein du clergé, ils sont quasiment toujours sur le terrain auprès de la population, à traquer des hommes bêtes dans les bois, ou sur un terrain d'entrainement.
Certes Luthor et Volkmar ont de la trempe (d'ailleurs tous deux sont issus de la caste combattante, la plus basse de leur hiérarchie) mais je ne suis pas sûr qu'ils partent vainqueurs face à l'Ar-Ulric en cas de duel "amical". Mais ils font partie de la seule branche sigmarite digne de confiance, car détachée des biens matériels et réellement au contact de la population. D'ailleurs, tant Luthor que Volkmar ont des ennemis mortels au sein de leur culte justement parce qu'ils méprisent les richesses et sont de réels fanatiques de Sigmar et de ses principes guerriers, malheureusement leur mouvement est minoritaire au sein du culte de sigmar et la majorité des prêtres de haut rang cherchent à se débarrasser de ces deux empêcheurs de s'enrichir en rond.

C'est ces différences dans l'organisation même des deux cultes qui permettent de faire une distinction nette et certes caricaturale Sigmarites veules et corrompus / Ulricans courageux et détachés des biens matériels. D'où l'impression d'assister à une réunion de sigmarites et non d'ulricans (qui auraient plutôt cherché un moyen d'envoyer des troupes à l'aide des alliés sans pour autant complètement dégarnir les positions défensives au Middenland et c'est sur cette mise au point de la croisade que le débat aurait porté).

Von Rechnaud : Ok c'est pour provoquer, mais pour une élite du Culte d'Ulric même pour provoquer, le simple fait de prononcer "gloire à sigmar" occasionne au mieux des vomissements immédiats et à répétition, au pire une destitution sèche des fonctions et un retour au plus bas niveau de la hiérarchie du clergé. Reste fluff, "pour la gloire d'Ulric et de l'Empire" c'est déjà une assez grande provocation lancée à la tête du clergé sigmarite, surtout si tu transposes ton récit à la Cour Impériale.

_________________
Blague ulricane :
Quelle différence y a-t-il entre un poulet et un sigmarite?
Un neurone!!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Rechnaud
Epéiste
Epéiste


Nombre de messages : 98
Age : 24
Date d'inscription : 20/06/2011

MessageSujet: Re: Main basse sur Tor Elasor   Mar 5 Juil 2011 - 13:09

Voici la nouvelle version, inspirée de vos conseils. J'ai finalement préféré rester dans le palais d'un Compte, car faire ça à la Cour Impériale demanderait la présence de trop de personnalités et mes talents d'écrivain étant tout à fait modestes, je préfère ne pas voir trop haut.

Ca donne ça:

"Assemblons la flotte sur le champs ! Nous devons y aller !"

L'hiver s'était installé sur l'Empire, couvrant d'une épaisseur de neige immaculée les terres millénaires des hommes. Des montagnes grises au sud aux fastes forêts de l'Ostland et de l'Ostermark au nord, le blanc donnait une impression de calme et de sereinité. Une impression bien trompeuse.

"Balivernes ! L'Empire n'a que faire des affaires des elfes ! Nous avons nos propres problèmes, qu'ils se débrouillent avec les leurs !"

Perchée au sommet d'un rochet abrupte, la cité de Middenheim, cité souvereine du Middenland, abritait en son sein le palais du comte Boris Todbringer, comte électeur du Middenland, un homme juste et équitable.

"Frère Heinrich dit vrai, nous ne pouvons pas nous permettre de nous séparer des quelques régiments qui gardent nos frontière, et vous voulez envoyer une armée entière au sud ? C'est de la folie !"

Le palais était curieusement calme, tous les dirigeants de la province étaient réunis dans la salle du conseil. Généraux, dirigeants des écoles de magie, haut fonctionnaires, archidiacres de Sigmar et d'Ulric, tous étaient réunis en ces jours sombres.

"Oubliez vous ce que nous devons aux elfes ? Sans eux, et leurs enseignements, il y a bien longtemps que le Chaos aurait prit possession de ces terres, il n'y aurait plus d'Empire et même les dieux n'auraient pu l'empêcher ! C'est un devoir sacré de les aider !

-Blasphème !
"

Derrière les deux immenses portes de chêne, au centre de la pièce, attablés autours d'une grande table ronde, le comte et ses conseillers devaient décider si oui ou non, le Middenland devait ordonner une levée en masse de troupes pour gagner Tor Elasor, endroit mystérieux dont personne ne savait rien, et user de son influence pour pousser les autres provinces à faire de même. Une chose seulement était sûre: les elfes avaient appelés à l'aide et Karl Franz lui-même avait encouragé les Comtes à lever autant d'hommes qu'ils le pourraient.

En réalité, bien peu étaient partis. Trop peu pour la tâche qui s'annonçait.

"Les Reiklanders eux-même prêchent le rassemblement pour la guerre ! Le Middenland ne peut rester derrière, nous passerions pour des lâches et perdrions toute l'influence gagnée ces huit dernières années !"

Autours de la table, les papiers volaient dans les airs, cartes, missives, rapports divers, certains brandis, d'autres froissés alors que les hommes tâchaient de se mettre d'accord. De part et d'autre de la table, deux camps s'opposaient: les Ulricans et les mages, ainsi que la moitié des généraux qui étaient partisans pour un appel aux armes immédiat pour gagner Tor Elasor au plus vite et répondre aux elfes. De l'autre côté, les hauts fonctionnaires prêchaient le coût exorbitant que cela représenterait pour la province alors que les généraux déploraient le manque d'hommes et que les Sigmarites s'opposaient aux Ulricans parceque... Eh bien parce que c'était des Sigmarites et les autres des Ulricans, tout simplement. Quand au Comte, il essayait vainement de ramener un peu de calme et d'ordre dans ce débat, sans succès.

"Depuis quand nous préoccupons nous de ces imbéciles ? Ils veulent aller mourir dans le sud ? Grand bien leur fasse ! Mais nous n'avons pas le droit d'affaiblir nos terres alors que nos ennemis de toujours se rassemblent aux frontières ! Au sud, les bretonniens lèvent de grandes armées, les vents du nord soufflent avec une vigueur renouvelée et on raconte qu'une Waaagh ! se prépare dans les montagnes ! Nous ne pouvons nous passer de personne !"

Seules deux personnes restaient silencieuses. Konrad von Rechnaud, Archidiacre d'Ulric, et son garde du corps, le capitaine Stefan von Graft. Deux visages fermés et imperturbables qui semblaient ailleurs tout en écoutant les prêtres se chamailler.

"Mais si nous ne partons pas, qui sait quel périls nous risquons de laisser se renforcer ? Nous avons besoin des elfes autant qu'ils ont besoin de nous, nos alliés se font trop rares pour que nous les laissions seuls face à leur destin ! C'est une question d'honneur ! S'exclama un des prêtres guerriers d'Ulric en pointant un doigt accusateur sur un bureaucrate.

-Et le coût d'une pareille expédition, y avez-vous pensé ? Se défendit ce dernier en brandissant une liasse de rapports. Nos caisses se portent bien, mais pareille folie les videraient et qu'y gagnerions nous ? Du sang et des larmes, c'est tout ce que nous récolterions de cette affaire !

-Comment... ?
"

Ce simple mot, prononçé d'un ton parfaitement calme et presque inaudible au milieu du brouhaha environnant, suffit pourtant à faire taire tout le monde, car c'était l'archidiacre silencieux qui avait pris la parole et qsue son rang était suffisant pour que personne ne l'interrompe, d'autant plus qu'il était l'envoyé de l'Ar-Ulric Emil Valgheirt, grand dirigeant du culte d'Ulric, aussi sûrement que l'archidiacre Sigmarite était celui du grand theogoniste Volkmar. Car ce débat ne concernit pas seulement le Middenland, mais l'Empire entier et tous les grands de l'humanité avaient le regard braqué sur le palais comtal de Middenheim.

Les deux poings sur la table, Konrad von Rechnaud se leva, drapé dans une épaisse fourrure de loup blanc et vêtu d'une armure de plates ouvragée portant le symbole sacré d'Ulric. Ses longs cheveux noirs et sa barbe fournie encadraient un visage dur, marqué par des années de guerre et de malheur. Un homme dur mais juste auquel personne ne s'était opposé lors de sa nomination au rang d'Archidiacre suite à la mort au combat de son prédecesseur.
Un meneur charismatique et un homme à la foi pure, comme il y en avait à la fois tant et trop peu dans l'Empire.

-"Comment pouvez-vous passez autant de temps à délibérer alors que notre allié de toujours est en danger ? Lors de la Grande guerre contre le Chaos, les elfes ont-ils autant hésités avant de nous envoyer de l'aide alors même qu'ils étaient menacés par leurs cousins et par les maraudeurs ?"

Il balaya du regard les conseillers qui soudains s'étaient tus.

-"Et vous, mes chers amis, vous parlez d'argent ? Vous parlez de quelques orques et de vents qui soufflent trop fort ? Savez-vous où se dirigent les bretonniens et les orques ? Savez-vous ce qui occupe l'attention des dieux sombres ? Oh, pour une fois, ce n'est pas l'Empire, c'est ceci !"

Il frappa du plat de la main une carte représentant l'île d'Elasor, source de tout le conflit.

-"Voila l'endroit vers lequel toutes les armées du monde voguent, une terre de beauté et de richesses qui bientôt deviendra une terre de carnage. Les forces de la destructions comptent s'emparer de cet endroit, et quelque soit ce qui s'y cache, cela ne doit pas tomber entre leurs mains. Pour la première fois depuis longtemps, les elfes ont appelés à l'aide malgré leur arrogance bien connue.

Et l'Empire doit répondre !

-Je suis d'accord.
"

Cette nouvelle intervention laissa tout le monde bouche bée, car l'homme qui venait d'octroyer son appui à Konrad n'était autre que son confrère Sigmarite, l'archidiacre von Broswitz, héro des guerres vampiriques. Malgré cela, les tensions étaient encore fortes et les opposants nombreux. C'est alors qu'Hernann Gurliez, maitre sorcier d'améthiste, pris la parole d'une voix caverneuse.

"-L'étendue de la menace est bien supérieure à ce que vous pensez, car il ne s'agit pas seulement d'aider un allié ou de mettre la main sur quelques reliques. Un terrible cataclysme a brisé cette île et mes confrères sont unanimes pour reconnaitre que les vents de magie y sont fortement perturbés. Nous soupçonnons que ce qui s'est passé là-bas a pu déchirer la trame de la réalité et ouvrir des portails démoniaques par lesquels les dieux noirs pourront deverser leur haine sur le monde."

L'implication de ces paroles plongeat tout le monde dans l'effroi et plus personne n'opposa de critique quand le Comte annonça:

"-Le Middenland entrera en guerre, ainsi que tous ceux qui voudront nous rejoindre. Archidiacre von Rechnaud, vous qui avez le premier invoqué l'idée d'organiser une croisade contre ces lieux maudits, je vous laisse tout pouvoir pour le faire. Je vous ferais parvenir une liste de tout ce que nos coffres et arsenaux peuvent vous fournir ainsi que du nombre d'hommes disponibles."

L'archidiacre hocha la tête et se tourna vers les prêtres guerriers d'Ulrics qui attendaient derrière lui.

-"Parfait. Heinrich, je veux que vous dépêchiez des messages aux Comtes de toutes les provinces et à l'Empereur pour les informer que nous partons en croisade et que nous apprécierons toute aide en hommes ou en matériel qu'ils pourront nous fournir. Prévenez aussi le grand théogoniste Volkmar"

Konrad tourna la tête vers son homologue.

-"Nous aurons besoin de l'aide des Sigmarites dans cette bataille. Il y a trop de choses en jeu pour laisser nos divergeances prendre le pas."

L'homme acquieça.

-"J'irais moi-même le prévenir. Sigmar veillera sur notre expédition."

Konrad murmura dans sa barbe quelque blasphème avant de reprendre.

"-Pieter, vous partez pour Marienburg, je veux qu'une flotte soit prête à emmener nos troupes vers Elasor, et vers la guerre.

Karl, vous vous chargerez du recrutement et de l'entrainement des croisés qui répondront à l'appel.

Otto, vous vous chargerez de l'intendance.

Messieurs, nous partons dans trois semaines, pour la gloire d'Ulric et de l'Empire !


-Et de Sigmar". Ajouta von Broswitz.

Un à un, les prêtres ayant reçus leurs missions partirent, accompagnés de ceux qu'ils avaient choisis pour les assister, alors que les conseillers et le Comte quittaient la salle pour retourner à leurs tâches. Ne restaient près de la table que Konrad et son garde du corps et ami.
Stefan pris la parole le premier.

"-Tu prends de gros risques en te lançant dans une telle expédition. Même si tes intentions sont pures, il faudra bien ramener des richesses de là-bas. Une croisade demande beaucoup de fonds, sans parler des terres dont l'Empire a cruellement besoin. Conquête et pillage ne font pas parti de tes passions, mais si nous voulons réussir, il faudra bien y consentir.

-Je sais bien, mon vieil ami. Nous ferons ce que nous devrons. Comme toujours.
"

Puis, l'Archidiacre sorti à son tour de la salle et, suivit par le capitaine, il monta jusque dans le clocher du palais, duquel on avait une vue imprennable sur la cité et les terres environnantes.

En bas, sur la grande place de la ville, les coursiers se rassemblaient, prêts à partir aux quatres coins de l'Empire alors que les crieurs appelaient les hommes à prendre les armes. Silencieux, les deux hommes regardèrent la Grande Bannière de la croisade sortir du temple, depuis le reliquaire. Celle-ci fût plantée au centre de la place et bientôt, des croisés de toutes les provinces arriveront pour se joindre à la sainte armée.

Konrad porta le regard vers le sud, et vers Tor Elasor. Une aube rouge se levait à l'horizon. Rouge et or.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Von Rechnaud
Epéiste
Epéiste


Nombre de messages : 98
Age : 24
Date d'inscription : 20/06/2011

MessageSujet: Re: Main basse sur Tor Elasor   Mar 5 Juil 2011 - 21:48

C'est mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Main basse sur Tor Elasor   

Revenir en haut Aller en bas
 
Main basse sur Tor Elasor
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Main basse sur Tor Elasor
» [Neutre] La Main Basse
» Mardi 4/Mercredi 5 : Main basse sur DemonLand et ses Mickey Diaboliques ?
» [Ed. 4 - Finale] Limousin - Basse-Normandie
» [E10] J7 Montpellier - Basse-Normandie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Conseil Impérial :: Le Conseil Impérial :: Général-
Sauter vers: