Le forum des joueurs de l'Empire à Warhammer Battle, 9e Âge et Age of Sigmar !


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Principauté d'Altdorf

Aller en bas 
AuteurMessage
Oleg von Raukov
Comte Électeur de l'Ostland
avatar

Nombre de messages : 288
Age : 25
Date d'inscription : 22/01/2016

MessageSujet: Principauté d'Altdorf   Jeu 16 Juin 2016 - 21:09

Cité souveraine d'Altdorf, la Capitale Impériale



La ville

Altdorf est la capitale de l'Empire et la plus riche de ses cités, porvue de 105000 habitants, dont 1100 nains.
Au confluent du Reik et du Talabec, la combinaison des courants a laissé des dépôts boueux importants et le cours d'eau se divise en trois voies plus petites. Les îles sédimentaires qui se sont ainsi formées reçoivent les fondations de la cité d'Altdorf; Capitale de l'Empire, site du Palais Impérial et de la magnifique cathédrale de Sigmar. La cité comporte de nombreux ponts qui bondissent d'île en île. A l'endroit où les canaux du fleuve se réunissent (du côté nord de Altdorf), il y a un grand port qui peut accueillir (compte tenu de la largeur du fleuve) des navires de mer.
La plupart des visiteurs arrivent à Altdorf par bateau mais il existe une route principale qui traverse la cité. Elle mène, au nord-est, vers Middenheim et, au sud-ouest vers la forteresse de Montagne de Helmgart qui garde la passe de La Hache, dans les Montagnes Grises et reste vigilante face aux raids de la population humanoïdes de cette chaîne de montagnes.
Depuis la périphérie, on peut entrevoir le palais impérial qui se dresse au-dessus du Reik et domine la ville. L'enceinte de la cité, des murs blancs surmontés de toits de tuiles rouges, est une vision magnifique, ainsi qu'une formidable défense pour la cité.
Les diplomates y viennent de toutes les régions connues pour y mener des négociations, tandis que les nobles et les roturiers fortunés y envoient leurs enfants pour qu’ils reçoivent une éducation et trouvent une bonne épouse. Altdorf sert en quelque sorte de cour de récréation à la noblesse. Nombreux sont les jeunes nobles qui délaissent les domaines de leurs parents pour rejoindre la cité. Là, ils passent leur temps à boire et à étaler leur richesse dans les rues. Souvent, ils sont supposés étudier à l'Université, mais ils n'assistent que rarement aux conférences. Cette absence aux cours aurait tendance plutôt à soulager les professeurs qui peuvent ainsi se consacrer à des étudiants sérieux ou, pour les plus chanceux, à des recherches; à moins qu'ils ne se contentent eux-mêmes de vivre sur leurs généreux revenus. Les membres des familles les plus riches sont toujours reconnaissables à leurs vêtements opulents et à leurs joyaux scintillants.
La cité est renommée pour ses universités, ses bibliothèques, ses sorciers -la capitale abrite les collèges de Magie- et autres aspects de l'étude. C'est là que les plus prometteurs des étudiants du Vieux Monde travaillent sous l'autorité des meilleurs enseignants, pendant que des sorciers d'âge canonique peinent sur des chefs-d'oeuvres magiques qui furent entrepris avant même qu'ils soient nés et qui se poursuivront après leur mort. C'est là, également, que des clercs et des pèlerins venus de tous horizons, viennent rechercher la bénédiction sous les murs de la haute Cathédrale de Sigmar dans laquelle le Grand Théogone tient sa cour. C'est un bâtiment merveilleux, surmonté de nombreuses flèches ornées de sculptures, avec des arc-boutants et des coupoles dorées.
La cité est également un port de commerce bourdonnant d'activité, renforcé par la présence de marchands venus de tous les coins du Vieux Monde. Altdorf est l’un des centres de commerce majeurs de l’Empire, ses salles des comptables et ses marchands s’étant enrichis grâce à l’activité du port.
Derrière le chatoiement du palais impérial et la majesté de la cathédrale de Sigmar, Altdorf a aussi une face sombre. Dans le port et d’autres quartiers sévit une misère noire, là où les ouvriers et les mendiants s’échinent pour survivre tandis que le fruit de leur labeur enrichit les gras commerçants et les fonctionnaires corrompus. Beaucoup de ceux qui sont piégés ici et dans d’autres districts cherchent une échappatoire dans la drogue et l’alcool. Dans le palais fortifié des répurgateurs, les adorateurs du Chaos présumés et leurs victimes sont torturés jusqu’à ce qu’ils parlent. Trop souvent, les noirs filets de l’Ordre prennent également des innocents. Dans la rue des Mille Tavernes, derrière les lanternes de fête et les odeurs alléchantes, des conspirateurs et des cultistes (qui ne sont pas tous humains) fomentent complots et crimes, des plus banals aux plus grandioses. Pour le nouvel arrivant, Altdorf est une ville pleine d’opportunités et de dangers.
Le Zoo Impérial fut fondé par le peu regretté Empereur Deiter IV et abrite quelques uns des monstres les plus dangereux du Vieux Monde. Toutes sorte de créatures grotesques y sont détenues, comme l'Abomination du Stirland et l'Engeance du Hochland, ce qui en fait une attraction très prisée. En plus d'être l'une des merveille du Vieux Monde, le zoo a aussi pour fonction de servir d'écurie aux montures de l'Empereur, qu'il s'agisse de ses destrier, Pégase, Griffon ou du formidable Dragon Impérial.

Symbolisme

Altdorf abrite une garnison de bonne taille (500 troupes d'élite et 8000 troupes moyennes).
Parmi 500 soldats d'élite est la Garde Impériale (ou Reiksguard). Son rôle est de garder l'Empereur qu'il soit dans son palais ou sur le champ de bataille. Elle l'accompagne en toutes occasions et c'est elle qui est responsable de la sécurité de tous les palais et châteaux qui appartiennent à la famille impériale. En temps de guerre, cette unité d'élite, bien entraînée et disciplinée, forme le cœur des armées de l'Empire et prend part au combat avec l'Empereur.
Les régiments d'archers des cités-souveraines sont parfois mieux équipés que ceux des provinces. Ils portent les couleurs d'Altdorf, le bleu et le rouge, une cotte de mailles, un plastron et un casque. Quand ils ne sont pas à la bataille, ces guerriers gardent les murs de la cité pour décourager les intrus d'approcher.

Les habitants

Altdorf attire des gens de toutes les régions du Vieux Monde. Dans ses rues on peut croiser des humains, des Halflings, des Elfes, des Nains et même des Ogres, vêtus des costumes de toutes les nations connues. Il est quasiment impossible de ne pas se rendre compte que l'on se trouve dans une ville très cosmopolite.
Les Altdorfers sont des gens fiers. Même le plus humble des citoyens de la ville se réjouit de son appartenance à cette grande cité.  Les provinciaux sont regardés avec un peu de dédain et une certaine mesure de pitié. Quoi que ces provinciaux puissent dire, rien ne peut se comparer à l'héritage des citoyens d'Altdorf, du plus petit au plus grand.
La citoyenneté est habituellement héréditaire ou attribuée par une guilde, mais elle peut parfois être accordée en guise de récompense. En règle générale, pour être acceptée, une candidature doit être soutenue par un parrain et une forte somme d'argent. Le statut du postulant doit être examiné par les membres de la Guilde des Hommes de Loi puis inscrit au grand registre municipal d'Altdorf.
Il existe des statuts de citoyens à part entière, des demi-Citoyens ou des quarts de citoyens comme, par exemple, ceux des membres des troupes temporaires d'Altdorf, des marchands itinérants, des vagabonds et des hors-la-loi. Certains peuvent être élevés au statut de citoyen d'honneur, d'ami de la cité ou même recevoir celui - marque d'infamie - de renégat. Les sorciers, eux, obtiennent le statut de Magister une fois leur apprentissage terminé. Cette dénomination particulière signifie qu'ils sont techniquement considérés comme vassaux de leur Ordre et que chacun possède une situation plus ou moins équivalente à celle d'un baron, mais seulement dans l'enceinte de leur Collège.

Magie
Altdorf est le siège des Collèges de Magie et, à ce titre, on y voit plus de phénomènes magiques et de sorciers que n’importe où ailleurs dans le Vieux Monde. En conséquence, les Altdorfers sont un peu plus habitués à la Magie que la plupart des gens et ils mettent un point d’honneur à traiter les événements magiques de la même façon que les autres épisodes de la vie courante. Quand la Magie ne présente pas de danger immédiat, on ne lui accorde même pas un regard. Cette attitude est sincère jusqu’à un certain point.
Sur les collèges, il y aurait trop à dire: http://bibliotheque-imperiale.com/index.php/Cat%C3%A9gorie:Coll%C3%A8ges_de_Magie

Le culte de Sigmar

Le Grand Temple de Sigmar d'Altdorf, centre du culte sigmarite, est sans conteste le temple le plus imposant de la cité. Situé face au palais impérial, de l'autre côté de la grande place principale, il représente l'un des deux pôles du pouvoir de l'Empire et il est impossible de ne pas être frappé par sa présence. Le complexe des dépendances du Temple est constitué d'un grand nombre de bâtiments, dont le plus imposant est le sanctuaire principal de Sigmar.
Il y a 4 ordres de Prêtres de Sigmar:
L'ordre de la torche, qui prêchent dans les temple.
L'ordre de l'Enclume, qui prient dans les monastères isolés.
L'ordre du Marteau d'Argent: les prêtres-guerriers, en robes noires festonnées de jaune.
L'ordre de la Flamme Purificatrice protège l'Empire et le culte de la corruption (Inquisiteur).

L’Ancien et Très Saint Ordre Initiatique des Templiers de Sigmar
Le Grand Théogoniste a chargé les templiers de Sigmar de protéger les âmes et les vies du peuple de l’Empire en traquant tous ceux qui attirent l’attention des Puissances de la Déchéance. Une fois capturés, les hérétiques sont contraints à faire pénitence avant d’être purgés de leur corruption par le feu. L’ordre possède des chapitres bien gardés dans presque toutes les cités de l’Empire. Bien qu’ils soient officiellement des templiers et n’aient absolument aucun lien avec leurs équivalents financés par l’État, ils sont tout de même universellement connus, et redoutés, sous le nom de répurgateurs de Sigmar. Les templiers de Sigmar entretiennent de médiocres relations avec l’Ordre de la Flamme Purificatrice, qu’ils considèrent comme un peu trop porté sur le mystère et suspect par nature, particulièrement lorsque ses membres réquisitionnent les ressources de leur ordre ou, pire encore, se permettent d’enquêter sur ses membres.

Les Chevaliers Templiers (qui ne sont pas des répurgateurs) sont divisés en divers ordres à vocation distincte, souvent protéger les temples de Sigmar d'une région particulière.

Chevaliers du Cœur Ardent
Gardes du corps personnel du Grand Théogoniste. Tabard blanc et cœur rouge.
Une unité de cavalerie d’élite des temples de Sigmar, vouée à la destruction de tous les Gobelinoïdes. L’ordre a une longue et glorieuse histoire qui date de la guerre civile, lorsque le culte de Sigmar était hors-la-loi dans le Talabecland.
Le grand Maître est le clerc-capitaine Adrien Hoven.

Chevaliers du Griffon
Grand Maître : Tomas Bacham
Fondé en 2305 par Magnus le Pieux, les chevaliers du Griffon constituent un ordre relativement récent en comparaison de nombreuses autres institution chevaleresques de l'Empire. Ils sont chargés de protéger le grand temple de Sigmar, ainsi que les doyens du culte lors de leur déplacements: un Lecteur peut demander une unité de chevaliers du Griffon pour le protéger. Compte tenu de leurs tâches proches, il y a rivalité avec le cœur flamboyant.
Couleur: selon les sources, vert foncé et or, où noir (en rappel de leur fondation à Nuln), parfois avec un caparaçon cramoisi sombre (rappellant la dette de sang envers Magnus). L'insigne de fonction des officiers est une peau de griffon. Au combat, ils manient le marteau et l’épée, sans oublier la lance d’arçon à laquelle flotte au vent leur bannière.  Ils ont environ 30 demi-griffons.
Les chevaliers du Griffon s’entraînent dans la caserne attenante au grand temple. On dit qu’ils sont les plus déterminés de tous les templiers. Ils sont fiers de leur héritage et de l’honneur qui leur a été fait, au point de friser bien souvent l’arrogance.
Bien que les chevaliers griffons recrutent seulement parmi l'aristocratie locale de Nuln, ils ont jurés de protéger les temples de Sigmar à travers tout l'Empire. Seuls les chevaliers qui ont monté un demigriffon au combat gagnent l'honneur de garder le Grand Temple de Sigmar à Altdorf.

Les chevaliers de l'épée divine
Ancien ordre de chevalerie sigmarites, garde du corps du Grand Théogoniste. épée/croix blanche sur fond noir.

Le Grand Théogoniste
Le Grand Théogoniste est le Prêtre le plus haut placé dans la hiérarchie du culte de Sigmar, la première religion de l’Empire, il représente donc l’autorité ultime en matière spirituelle. Cela lui accorde un pouvoir immense, et il est certainement l’homme le plus influent de l’Empire après l’Empereur lui-même, commandant non seulement aux Archidiacres et aux centaines de Prêtres qui sillonne l’Empire, mais également à bon nombre d’ordres de Chevaliers Templiers. Même les comtes et les barons qui transgressent l’autorité de l’Empereur se plient à ses injonctions. Il est parfois affirmé, mais très rarement et d’une voix très basse, que c’est en vérité le Grand Théogoniste qui, derrière le trône impérial, tient les rênes et manipule les Empereurs les plus faibles pour parvenir à ses propres fins.
Le Grand Théogoniste actuel est Volkmar von Hinderstern, dit Volkmar le Sévère, un homme pieux et perspicace entièrement dévoué à la destruction du Chaos sous toutes ses formes. Lorsqu’il accompagne une armée à la bataille, il le fait généralement du haut de l’Autel de Guerre de Sigmar, inspirant aux soldats qui l’entourent des grands actes d’héroïsme tandis que lui-même abat les adeptes du Chaos en les écrasant ou en brûlant leur âme corrompue. Volkmar est la terreur sacrée des champs de bataille, combattant avec la fureur de Sigmar lui-même. On raconte que le cœur de Volkmar est fait d’acier, ce qui explique pourquoi il combat l’influence maligne du Chaos de toutes les fibres de son être.
Le Grand Théogoniste dirige personnellement l’Ordre de la Torche, l’ordre le plus important du culte, dont l’effectif dépasse ceux de tous les autres Ordres Sigmarites combinés. C’est lui qui désigne tous les officiers supérieurs de l’ordre, parmi lesquels : les deux Archidiacres basés à Nuln et Talabheim, les dix-huit Lecteurs, les six Grands Capitulaires, les douze Capitulaires, un certain nombre de Théogonistes et une foule de Grands Prêtres. Il existe de nombreux autres postes d’importance dans cet ordre, tels que ceux de Grand Confesseur, de Maître du Scriptorium, de Gardien de la Cloche Sacrée et d’Archiadjudant, pour la plupart basés dans l’immense complexe du Grand Temple de Sigmar d’Altdorf ou dans ses environs immédiats. L’Ordre de la Torche administre la quasi-totalité des Temples et oratoires de l’Empire. La plupart des Temples sont dirigés par un Grand Prêtre nommé par le lecteur local ou par le grand capitulaire. Ce Grand Prêtre est responsable de tout ce qui touche à la foi Sigmarite dans son secteur : il nomme des Prêtres pour gérer les petits Temples locaux et veiller au bon entretien des oratoires les plus importants.

Les Sœurs de la Foi et de la Chasteté
Le Temple des sœurs de la Foi et de la Chasteté, qui vivaient autrefois en recluses, se dresse sur la rive sud du Reik, dans le quartier est d’Altdorf. Le Jour du Soleil Immobile (Sonnstill), les sœurs sortent de leur couvent en ordre de bataille pour une parade dans les rues de la ville sous le torride soleil d’été. La matriarche marche en tête de ce défilé de nonnes transpirant, reprenant inlassablement et à pleine voix «l’Hymne de la Cinglante Vérité» tout en scrutant les badauds d’un oeil luisant de suspicion. Les sœurs sont vêtues d’une cape noire et brodée sur une antique armure de plaques gravée, décorée de pointes acérées afin de repousser les avances des impies. Comme l’ordre dépend de la charité pour sa survie, ses jeunes novices récoltent les aumônes dans la foule qui se rassemble pour conTempler ce spectacle.
Dans le passé, l’ordre se conformait à la règle d’isolement prêchée par sa fondatrice, Esther l’Irréprochable, mais sœur Griselda von Velten fut visitée par Morr en 2515 et les choses changèrent pour toujours. Elle arpentait le Volker Weg, dans la chaleur suffocante de la parade de Sonnstill, lorsqu’elle poussa soudain un cri perçant et tomba à genoux. Tremblant de tous ses membres, elle murmura à la foule abasourdie que la fin était proche et qu’elle avait gâché sa vie, puis elle rendit l’âme. Un an plus tard, après des mois de correspondance orageuse avec le Grand Théogoniste, Volkmar le Sévère, la matriarche accepta de reconnaître, la mort dans l’âme, que son ordre avait reçu un signe auquel il devait obéir et elle ordonna à ses sœurs de se préparer pour la guerre.

L'Ordre des Marteaux de Sigmar
L'Ordre du Marteau de Sigmar fut fondé en Altdorf peu après la destruction de la cité de Mordheim. Les diacres zélés de Sigmar encouragèrent les fils des nobles locaux à rejoindre l’ordre naissant. Une fois les effectifs suffisants, les diacres envoyèrent les chevaliers dans les ruines pour y restaurer l’ordre et secourir la foi et les fidèles.
Les templiers de cet ordre sont toujours là où les convictions vacillent, et là où les crânes des hérétiques attendent un coup de marteau, leur arme emblématique et le symbole de leur foi en Sigmar.

Ordre du Griffon Rouge
Petit ordre de Templiers Sigmarites.
Héraldique : Un griffon rouge rampant.
Il leur arrive d'aider le détective Zavant (Sherlock Holmes altdorfer qui a eu le droit à une série de nouvelles) dans ses enquêtes dans et sous la ville.

École Impériale d'Ingénierie

L’École Impériale d'Ingénierie a été fondé en 2012 sous le nom d’Université d'Ingénierie d'Excellence de Stéphan Frantz par Léonardo di Miragliano, le génie quelque peu illuminé - un savant fou selon les mauvaises langues - de Tilée, et le Prince d'Altdorf, son mécène. Cette institution a attirée des individus éclairés, avides de développer la nouvelle science de l'ingénierie. Au cours des années, l'école s'est agrandie, séduisant même des Nains chassés de la Guilde des Ingénieurs Nains pour avoir essayé d’améliorer des technologies Naines éprouvées. Entre ses larges murs, on y crée et expérimente les nouvelles armes de guerre destinées à l’arsenal Impérial. La plupart de ces expérimentations se terminent par des explosions et ces essais ne sont jamais aussi dangereux que quand les membres de la guilde font preuve d’imagination, ceux-ci mettant un point d’honneur à se montrer aussi audacieux et innovants que leurs collègues Nains. Dans sa quête continuelle du savoir technologique, l'École Impériale d'Ingénierie a vu naître d'innombrables inventions au fil des ans. Bien évidement, la marche vers le progrès est parsemé d'autant de projets avortés et d'échecs explosifs que de trouvailles géniales.
l'École Impériale d'Ingénierie regroupe à la fois les ingénieurs, biologistes, alchimistes, astronomes et d'autres génies à la santé mentale plus ou moins intact. Elle comporte des champs de tir, des fortifications pour tester les explosifs, des laboratoires modernes et des zones ouvertes dont les constructions mitoyennes ont été nivelées par les expériences qui s'y déroulent. Beaucoup de bâtiments entourant l'École Impériale d'Ingénierie ont d'ailleurs dû être récemment reconstruits, et les pompiers surveillent nerveusement les allers et venues des ingénieurs, de peur que la ville ne soit réduite en cendre.

Le Conquérant
C'est le tank à vapeur classique. Il combat en 2506 au choc des alliances, puis dans le Middenland. Après avoir rejoint l'offensive de Maruis Leitdorf en 2515, il revient à Altdorf. En gros, c'est le tank qui accompagne les corps expéditionnaires de la capitale.

Le Marteau de Sigmar
Son premier engagement le fit combattre contre les elfes sylvains dans la Grande Forêt.  Puis, au cours de la Grande Guerre contre le Chaos, près de Praag, le tank à vapeur tomba à cours de munition. Les ingénieurs réfléchirent à une solution pratique. Ils enlevèrent le canon et renforcèrent la proue. Ils utilisèrent donc le tank comme un bélier – le tank n'avait jamais aussi bien porté son nom- et cette solution rencontra un vif succès le conduisant à travers les étendues glacées de la toundra. Le tank dispersa les maraudeurs et brisa finalement la force d'invasion aux frontières du Pays des Trolls. Le concept fut si réussi qu'à son retour à l’École des Ingénieurs, le tank ne fut pas réarmé de son canon. A la place, sa proue fut encore renforcée.
Une autre des variations est celle dite du Marteau de Sigmar, un tank à vapeur dont la coque nue a été dépouillée de toute arme et a vue sa proue renforcée dans le but de pouvoir agir comme un bélier. Ce qui est souvent ignoré est que cette innovation fut en premier lieu une nécessité : ce tank à vapeur allait être impliqué dans un conflit qui agitait le nord de l'Empire où le manque de munitions se faisait déjà cruellement ressentir et ses armes furent provisoirement ôtées de sa coque. L'idée s'avéra brillante car l'équipage du tank put parcourir sans encombre la toundra glaciale et disperser les bandes de maraudeurs. Ce concept tout simple se montra si efficace au cours de la campagne au nord que les ingénieurs qui avaient donné l'ordre que le Marteau de Sigmar soit soulagé de ses armes ne les firent pas réinstaller à son retour.

Le von Zeppel
Le modèle le plus inhabituel de tank à vapeur est appelé le Von Zeppel, du nom de son célèbre créateur. Le dispositif ingénieux qui l'équipe est une plate-forme de combat surélevée occupant le sommet de sa coque, d'où un équipage de jeunes ingénieurs peut expérimenter à la bataille une myriade de prototypes d'armes, incluant des versions modifiées d'arquebuses à répétition et le célèbre fusil long d'Hochland. L'ingénieur en chef von Zeppel creusa l'idée qu'il avait eue pour l'illustre prédécesseur du tank à vapeur dit le chariot de guerre, constitué d'une plate-forme tirée au combat par des chevaux de guerre caparaçonnés. Adapter son idée de départ sur un châssis de tank à vapeur fut aux yeux de von Zeppel une amélioration des plus naturelles à apporter à son invention.
Le von Zeppel a connu de multiples appelations qui changèrent constamment avec ses nouveaux systèmes d'armes. Originellement nommé Hochland, il passa la première partie de sa vie à Altdorf où il servit du banc de test aux ingénieurs.
Lors du siège d'Altdorf pendant la Fin des Temps, il y a 30 ingénieurs dans l'école, et 14 batteries.

Betram von Essiggurke
Site internet GW France janvier 2008.
Betram von Essiggurke était autrefois officier au sein de l'Armée d'Altdorf, puis servit en tant que Capitaine de la Garde de l'École d'Ingénierie. C'est également un agent impérial dont la tâche est de garder un œil sur les activités des Ingénieurs. Bien qu'il ne comprenne généralement pas grand-chose à leurs activités, il sait qu'il s'agit plus d'un groupe d'excentriques inoffensifs nullement préoccupés par l'attrait du pouvoir, au contraire des Sorciers des Collèges de Magie et surtout des Prêtres… Lors des rares occasions où l'École d'Ingénierie participe à une bataille, von Essiggurke apporte son expertise militaire et se révèle souvent la seule personne sensée au milieu d'un brouhaha incessant sur les trajectoires de tir, la mesure de pression des valves et l'utilisation appropriée des gyroscopes.

Les forces armée


La Place d’Armes (la Kaiserplatz), se dresse à l’opposé de la Heldenplatz par rapport au complexe impérial. Cette grande place est utilisée lors des défilés militaires et des inspections des troupes de la cité par l’Empereur. Elle est également le funeste théâtre des exécutions publiques, spectacles édifiants présentés à la populace. Occasionnellement, des joutes et des tournois y sont tenus pour divertir la noblesse oisive de la capitale et les dignitaires de passage dans la cité, même si, généralement, de tels évènements sont donnés à Walfen, un village localisé au Nord-ouest d’Altdorf, sur les bords du fleuve Reik.
Longeant la Kaiserplatz, se trouve un imposant et austère bâtiment. Il s’agit de la Caserne de la Garde Impériale. C’est le baraquement des troupes d’élites de l’Empereur, les Joueurs d'Épée et la Reiksguard.

Le Quartier Général de la Garde Civile se trouve dans la partie Nord-ouest de l'Oberhausen District et donne directement sur la Place du Temple. Le Maréchal et ce qui passe comme étant l’élite de la garde civile, quant ils ne sont pas en patrouille en train de molester les petites-gens, sont cantonnés ici. Les citoyens d’Altdorf accusés de délits majeurs sont détenus dans les cellules de son baraquement jusqu’à ce que leur sort soit statué et qu’ils intègrent finalement une des nombreuses prisons de la cité. Les gardes se chargent alors d’escorter le chariot qui mène les criminels jusque dans leur centre de détention.

Il existe une garde fluviale. Au moment du siège de la capitale pendant la Fin des Temps, la grande garnison d'Aldorf contient 48 régiments et 19 détachements.

les épées de Steil
1 compagnie d'épéistes 1 détachement d'arquebusiers.
Officielement 1er compagnie du 3eme régiment de la garde d'aldorf, proche de la mutinerie avant que Maximillian Steil en prenne le commandement, maintenant digne d'éloge. Le symbole est 2 épées qui se croisent sur bouclier rouge

La Compagnie d'honneur
Riche régiment de hallebadiers, à l'armure laquée de noir, dirigé par un capitaine en armure dorée, traditionnellement un jeune noble d'Altdorf.

La garde de la porte grise
épéistes

La garde de Luitpold
3 régiments de Hallebardiers avec 2 détachements d’épéistes chaque.
3 régiments de Joueurs d'épées avec 2 détachements d'arquebusiers chaque.

Les lions de Vostrok
3 compagnies de Hallebardiers.

La garde de Rechtsmark
2 compagnies de lanciers, 1 détachement d'archers chaque

La Helmsgart
1 compagnies de lanciers, 1 détachement d'hallebardiers et 1 d'épéistes
1 compagnies de lanciers, 1 détachement d'arquebusiers et 1 d'épéistes
1 compagnies de lanciers, 1 détachement d'arbalétriers et 1 de  lanciers

Royal Altdorf gryphites
12 chevaliers demi-griffon avec lance de cavalerie.

Les Fantassin du capitaine Uberst
Plumes vertes et griffon sur le bouclier. Il y a des épéistes dans ce régiment.

Les hallebardiers de la porte ouest
Le sergent qui dirige cette unité est Félix Rudfeather. Ils ont pour détachement les Carreaux Noirs d'Altdorf, des arbalétriers dont les carreaux sont noirs, dû au fait qu'ils sont fait en chêne de la Drakwald.

La légion griffon
Gardes du corps mercenaires de KF, plusieurs milliers d'hommes. Surtout (a priori) des joueurs d'épées.

Les Vauriens de Valdor
1 compagnie de Pistoliers.

Les Nobles Fils de l'Errance
Pistoliers habitués aux fastes de la capitale.

Les Meilleurs de la Rue des Gibets
Gotrek et Félix: Tueur de Zombies
Il s'agit d'une unité de miliciens dirigé par le "capitaine" Draeger, un homme aux cheveux marrons sous sa casquette. Il porte une tenue de forestier du Nordland, avec des culottes d'officier de la garde citoyenne de Nuln. Ils ont tous un accent des bas quartiers d'Altdorf.

Les Chevaliers du Crépuscule
Héraldique: Crâne et soleil couchant sur fond bleu.
Il y a au moins 2 unités de chevaliers et une du cercle intérieur.

Enrich Fallstrom
Ancien astromancien à la court de l'empereur Luitpold (père de KF)

Les chevaliers Panthères, les Chevaliers du Soleil Flamboyant, les Chevaliers de la Lumière Éternelle et ceux du Sang de Sigmar ont aussi une commanderie dans la capitale.

Mon opinion
Une armée de la capitale a tout: des mercenaires, des hommes, des chevaliers (de tout type), des prêtres (surtout de Sigmar), des ingénieurs et des machine de guerre, plus de tanks que 3 autres provinces réunies, la ménagerie impériale pour les monstres...
Il y a aussi tous les mages qu'il faut grâce aux collèges de magie. Cependant les mages d'ambres sont sans doute moins nombreux, car le collège est en-dehors de la ville.
Enfin, la ville est la plus riche, et cela peut se représenter sur les figurines (dorures, rubans, couleurs vives...)


Dernière édition par Oleg von Raukov le Sam 19 Aoû 2017 - 3:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ludwig Schwarzhelm
Champion de l'Empereur
Champion de l'Empereur
avatar

Nombre de messages : 1142
Age : 22
Localisation : Dans l'ombre de l'Empereur - (67)
Date d'inscription : 21/04/2011

MessageSujet: Re: Principauté d'Altdorf   Jeu 16 Juin 2016 - 21:35

Je l'attendais impatiemment celui-là, très bon boulot, comme à chaque fois
Continue dans cette voie !

Ludwig.

_________________
Je discute, tel un brave soldat ou je fais régner la justice !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Principauté d'Altdorf
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Conseil Impérial :: Notre chère terre : L'Empire :: La Bibliothèque Impériale :: Descriptions des Provinces...-
Sauter vers: