Le forum des joueurs de l'Empire à Warhammer Battle, 9e Âge et Age of Sigmar !


 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Analyse: La politique des pistoliers

Aller en bas 
AuteurMessage
Oleg von Raukov
Comte Électeur de l'Ostland
avatar

Nombre de messages : 302
Age : 25
Date d'inscription : 22/01/2016

MessageSujet: Analyse: La politique des pistoliers   Dim 7 Oct 2018 - 15:22

Aujourd'hui je veux tester un format un peu spécial, où l'on se questionne sur des sujets en marge du background, des zones d'ombres. Vous allez comprendre.

Le principe des pistoliers est vraiment étrange: on prend les adolescents nobles, avant de devenir écuyers, et on les envoie sur le champ de bataille. Si on compare aux écuyers médiévaux historiques, qui
-servaient un chevalier en l'armant, portant sont bouclier, et autres,
-mais ne combattaient pas
-étaient recrutés vers 14-15 ans
Le pistolier doit être un enfant de 12 ans sur un champs de bataille, mais qui les années suivantes n'y reviendra pas!
Bon il faut sans doute modifier le point de vue sur les écuyers: dans l'Empire c'est un genre de premier grade dans l'ordre de chevalerie. Je suppose qu'on peut comparer l'écuyer à un stagiaire en fin d'étude (et en période d'essai): il n'est pas encore chevalier, mais il se prépare à entrer dans l'ordre qui l'a déjà choisi. Et du coup le pistolier commence plus vers 14-15 ans.

J'intègre ici le background de la carrière écuyer du JdR v2 pour mieux comprendre:
Les Écuyers sont des chevaliers en cours de formation. Souvent de noble extraction, ils assistent les chevaliers, à la ville comme au champ de bataille. Bien qu’ils ne soient parfois rien de plus que des domestiques, servant à manger et à boire à leur seigneur ou s’occupant de l’armure et du cheval de celui-ci, ce travail éreintant est censé les endurcir et les préparer à la chevalerie. En retour, leurs seigneurs doivent leur apprendre à se battre, mais certains semblent faire montre de laxisme en la matière. Les enfants chéris des nobles entreprennent cette carrière pendant quelques mois au pire, mais les moins fortunés s’y embourbent pendant des années avant de pouvoir faire leurs preuves.

Bon, maintenant qu'on a essayé de comprendre le plan de carrière d'un noble guerrier impérial, à la question: que font les pistoliers sur le champs de bataille, je vais essayé d'apporter une réponse: ils apprennent la discipline. Au combat, ils sont encadré par des escorteurs, et armés de pistolets: les futurs nobles impériaux ne sont pas là pour mourir, ils ne vont pas au corps à corps, et leur grande stratégie est de s'approcher, de décharger les pistolets et de faire demi-tour. Ce qui demande de développer les compétences suivantes:
- discipline pour obéir aux escorteurs et ne pas se faire tuer
- équitation, parce qu'il faut bien maîtriser les chevaux
- cohésion d'unité

Par contre, dans Les Milles Trones, une campagne pour le JdR v2, on a l'exemple du second officier d'un ordre de chevalerie qui ne peut pas passer grand maître parce qu'il ne sait pas lire et écrire. Ainsi, visiblement, ces compétences ne sont pas demandées au pistolkorps.

Un autre intérêt du pistolkorps, c'est qu'on y rencontre d'autres nobles du même âge, de la même région: les nobles y font leur réseau. Comme cela demande d'être noble, riche (prix d'une paire de pistolets, pour un pistolier: 400CO. Prix d'une amure de plate complète, pour un chevalier: 400CO) et permet d'entrer dans des ordres de chevalerie prestigieux, il y a un certain prestige à être pistolier, comme on peut le voir dans Les Cavaliers de la Mort, de Dan Abnett.

Bon. L'intérêt du pistolkorps (formation à la guerre sans danger, prestige, réseau) pour les nobles est clair. Mais est-ce la seule raison de sa création?

Là il faut noter quelque chose de bizarre: le Pistolkorps (dans le LA en français, il est écrit "les pistolkorps, une organisation ...", c'est une erreur de traduction je pense, il faut lire "le pistolkorps") est peut-être la seule institution militaire à fonctionner à l'échelle de l'Empire et à être géré directement par l'Empereur (avec la Reiksguard, il existe d'autres ordres de chevalerie à l'échelle de l'Empire mais ils ne sont pas directement gérés par l'Empereur). En effet, c'est une " organisation semi-officielle parrainé par l'Empereur, l'École Impériale d'Ingénierie et plusieurs Ordres de Chevalerie."

Et cette institution forme la future classe dirigeante. Imaginez: vous êtes Magnus le Pieux, vous venez de réunifier l'Empire par la seule force de votre volonté après une guerre civile de 1000 ans et vous voulez qu'il reste uni après votre mort. Vous instaurer des institutions (cortège électoral, etc) pour permettre une stabilité, mais vous savez que ça ne suffit pas: il faut que les gens, et surtout les gens importants, soient persuadés d'être impériaux et pas seulement Talabeclandais, averlandais ou autre. Et quoi de mieux que d'intégrer cette notion directement dans leur formation? Et ce qui a été dit avant sert à attirer les nobles dans cette école.
Notons que j'ai pris l'exemple de Magnus, mais ça peut être n'importe quel autre empereur récent qui a créé les Pistolers. Et personnellement, je penche pour Wilhelm le Sage, le premier Empereur récent du Reikland.

Revenons aux Cavaliers de la Mort: en fait les héros ne sont pas des pistoliers, mais des Hussards (de Talabheim). C'est quoi la différence? Ils sont nobles, ils vont entrer dans un ordre de chevalerie à la sortie, ils sont de la cavalerie légère avec 2 pistolets... ha si, au lieu d'une épée ils ont un sabre de cavalerie, et ils ont aussi une lance. Bref, ils sont en tout point des pistoliers, sauf... Le pistolkorps bien entendu! Les hussards ne sont pas encadrés à l'échelle de l'Empire mais juste de Talabheim. Et dans quel ordre vont entrer les membres?

Cette compagnie de cavaliers était une troupe de prestige, dont les membres étaient recrutés parmi ceux de la noblesse terrienne [...] Gerlach Heileman était le second fils de Sigbrecht Heileman, l’un des chevaliers adoubés ayant reçu ses éperons au sein de l’Ordre du Bouclier Écarlate, l’unité des gardes du corps du comte électeur de Talabheim. Une fois terminé son temps de probation dans la compagnie des hussards, Gerlach pouvait espérer rejoindre son père et son frère aîné dans cet ordre noble.
Note: ailleurs dans le fluff, les boucliers écarlates sont appelés les boucliers rouges, mais ce sont bien les mêmes, c'est encore une erreur de traduction.

Nos hussards sont donc proches du Comte électeur du Talabecland, Halmut Feuerbach, qui est assez peu intéressé par l'unité de l'Empire (il n'est pas passé loin d'une guerre civile contre le Stirland, évitée de justesse par Karl Franz).

Bref, ma conclusion est la suivante: le pistolkorps existe grâce à l'intérêt qu'on les nobles pour ses avantages, et grâce à l'intérêt qu'ont les instances (Empire pour le pistolkorps ou province pour les hussards) a former l'esprit et les opinions de la future classe dirigeante.

Voilà, désolé, c'est encore un paté! Est-ce que ce raisonnement vous semble cohérent et/ou intéressant, ou pas du tout?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
vg11k
Milicien
Milicien
avatar

Nombre de messages : 28
Age : 27
Date d'inscription : 09/06/2017

MessageSujet: Re: Analyse: La politique des pistoliers   Lun 8 Oct 2018 - 12:52

C'est consistant, mais également très instructif.

Même moi qui ne suit pas familier de l'empire, ses ficelles et son organisation, même sans avoir l'intention de jouer ou écrire sur celle-ci, j'apprécie de bout le Lore
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MagnanXXIII
Reiksmarshall
Reiksmarshall
avatar

Nombre de messages : 2298
Age : 24
Localisation : Alsace
Date d'inscription : 22/01/2013

MessageSujet: Re: Analyse: La politique des pistoliers   Lun 8 Oct 2018 - 16:03

Très intéressant ! C'est vrai qu'on a peu d'information sur les pistoliers, et ta théorie politique du Pistolkorps se tiens selon moi.

Il faut aussi noter que sur les figurines, les pistoliers ont une belle armure (noté "armure légère" dans les règles, mais semble plus complète qu'une armure de joueur d'épée au visuel), ce qui peut faire penser que les pistoliers doivent bien se protéger, en tant que noble (donc figure importante), au même titre qu'un chevalier.

_________________
«Apportez l'espoir aux gens en cette heure sombre et ne trahissez pas leur foi.»
Karl Franz

Pour l'Empire ! :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
JAUME1ER
Chevalier
Chevalier


Nombre de messages : 222
Age : 57
Localisation : pollestres
Date d'inscription : 15/08/2016

MessageSujet: Re: Analyse: La politique des pistoliers   Mar 9 Oct 2018 - 22:53

Bonsoir
trés complet et bien documenté
il y a quand un "truc" qui m'a toujours chiffonné dans la progression de la carrière des Pistoliers .

Ces jeunes nobles experts dans le maniement de leurs pistolets tout en galopant sur leurs montures en harcelant les lignes ennemies , abandonnent leurs armes à poudre pour la lance de cavalerie en intégrant un ordre de chevalerie .

Y' a que moi qui trouve çà curieux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oleg von Raukov
Comte Électeur de l'Ostland
avatar

Nombre de messages : 302
Age : 25
Date d'inscription : 22/01/2016

MessageSujet: Re: Analyse: La politique des pistoliers   Jeu 11 Oct 2018 - 22:03

Merci pour vos réponses! Je vois que vous soulevez des points concernant globalement l'équipement!

Pour la question de l'armure, je suis d'accord avec toi Magnan, d'ailleurs les torses des figurines sont très pratiques pour les échanger avec ceux des chevaliers ou des joueurs d'épée! Dans Les Cavaliers de la Mort, les hussards ont une demi-armure, avec une bourguignonette (qui se finie en queue de homard sur la nuque, pour être précis) comme casque, et des bottes montantes, et ça évoque surtout des chevalier... C'est exactement l'inverse des figurines, qui ont les jambes couvertes mais pas les bras. Bref, moi je leur donnerais au moins une armure lourde, mais avec l'armure légère les pistoliers peuvent représenter d'autres type de troupe: bandits de grands chemins (comme dans mon armée), cow-boy averlandais, patrouilleurs ruraux ou éclaireurs.


Pour la question des pistolets... Je suis d'accord avec toi, c'est curieux, dans le jeu de bataille. Dans le jeu de rôle, les armes à distance (pistolet, arbalète ou arc) peuvent faire partie de l'équipement d'un chevalier. La justification apportée, c'est que les impériaux savent bien que les vampires sont bien meilleurs qu'eux au corps à corps et que pour combattre des MV, une balle en argent dans le cœur du vampire en chef est une solution bien plus viable qu'une charge de cavalerie dans la masse des zombies.
Plus généralement, les nobles utilisent les pistolets et les rapières pour les duels par exemple, ils ont donc besoin de savoir s'en servir.

Bref, le rapport au pistolet va dépendre de pas mal de chose pour un noble. Pour un averlandais, c'est un peu la base (voir leur background pour comprendre pourquoi j'ai parlé de cow-boy tout à l'heure). Pour un middenlander ulricain, son dieu interdit la poudre et aller dans une telle unité signifiera peut-être qu'il est fédéraliste, ou pire, pro-reikland, ce qui es mal vu dans une bonne partie de la province. On peut donc imaginer qu'il y a moins de pistoliers au Middenland qu'en Averland.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sofia Koenigsmark
Vétéran du Forum
avatar

Nombre de messages : 299
Age : 39
Date d'inscription : 27/06/2015

MessageSujet: Re: Analyse: La politique des pistoliers   Hier à 12:28

C'est surtout, pour moi, GW qui a tendance à bien aimer tout mélanger.
Les Ordres de Chevalerie, c'est une chose totalement à part des armées régulières.
La Reiksguard c'est une entité particulière dépendant de l'Empereur, mais dépendant de l'Empereur en tant que tel ? Ou en tant que Comte du Reikland ?
Pour ma part, j'ai déjà mon avis dessus, déjà à cause du nom qu'ils portent. Ce qui m'a incité à avoir mes propres Solsguard, rien n'empêche d'avoir des Taalguard, Ostguard ect ... d'ailleurs, à mon sens, la Reiksguard n'a rien à faire dans une armée thématique d'une province à moins de justifier une aide de l'Empereur.
Au contraire des ordres qui sont disséminés dans tout l'Empire et, donc, peuvent joindre une force locale aisément.
Dans tous les cas, l'Empire n'est plus dans un système féodal pur dans lequel le haut seigneur lève l'ost via ses vassaux, nous sommes dans un système plus centralisé comme ça existait historiquement dans la période de la Renaissance. Avec des armées professionnelles. les vassaux payant un impôt à la place de mettre au service du seigneur des troupes. Et cela fonctionne certes parfaitement dans un état comme le Royaume de France, mais fonctionne également dans la multitude des Princes allemands dans une moindre mesure.

Bref, il n'y a plus d'écuyers ou équivalents, ce qui rend ses cavalerie de " jeunes nobles " étrange (et quand on regarde les figs, on ne voit pas franchement des jeunes).

Ils pourraient être un peu comme des Mousquetaires, ou comme des patrouilleurs ruraux équipés et payés par le Seigneur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Analyse: La politique des pistoliers   

Revenir en haut Aller en bas
 
Analyse: La politique des pistoliers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» De l'organisation politique de Lyon eg Grenoble au Moyen Âge
» Guide du succès politique
» Chronique Politique - Le Flamand Rose par LouisHubert
» Guide du succès politique
» Pistoliers - Escorteurs : Pourquoi ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Conseil Impérial :: Notre chère terre : L'Empire :: La Bibliothèque Impériale :: L'Empire en général...-
Sauter vers: